NOUVELLES
02/06/2015 14:02 EDT | Actualisé 02/06/2016 01:12 EDT

Les recommandations du rapport de la Commission vérité et réconciliation

OTTAWA - La Commission vérité et réconciliation (CVR) a publié mardi un résumé de son rapport en six volumes sur les pensionnats autochtones. Les commissaires ont parcouru le pays pendant six ans pour enquêter sur ces établissements, financés par le gouvernement, qui ont fonctionné pendant plus de 120 ans au Canada. Voici l'essentiel des recommandations de la commission:— Adopter et mettre en place la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones;— Instaurer une «Proclamation royale de la réconciliation» pour réaffirmer la relation de «nation à nation» entre les peuples autochtones et la Couronne;— Solliciter les excuses du pape François en lien avec le rôle de l'Église catholique;— Lancer une commission d'enquête publique sur les femmes autochtones disparues ou assassinées;— Élaborer une politique fédérale pour assurer l'indépendance de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) dans les enquêtes sur les crimes qui impliqueraient le gouvernement fédéral;— Modifier le serment de citoyenneté du Canada pour qu'il tienne compte des traités signés avec les autochtones;— Créer des normes nationales, en partenariat avec les provinces et les territoires, concernant les familles d'accueil afin de réduire la proportion d'enfants autochtones dans celles-ci;— Abroger la section 43 du Code criminel, surnommée la «Loi sur le châtiment corporel», qui permet aux parents ou aux tuteurs de «corriger» leurs enfants;— Créer un programme d'étude obligatoire sur l'épisode des pensionnats autochtones et la contribution des Premières nations à travers l'histoire qui serait enseigné aux enfants à l'âge préscolaire jusqu'à la fin de l'école secondaire partout au pays;— Construire des monuments commémoratifs des pensionnats autochtones dans chaque province et territoire du Canada;— Augmenter le financement du diffuseur public (CBC et Radio-Canada) pour qu'il prenne davantage en considération les points de vue des autochtones dans leur programmation;— Adopter une loi à Ottawa afin d'établir des normes d'enseignement pour les autochtones et ainsi s'assurer que les étudiants qui se rendent à l'école dans les réserves aient accès aux mêmes ressources que ceux qui vivent hors des communautés;— Développer des programmes postsecondaires d'étude sur les langues autochtones;— Élaborer des mécanismes pour réduire les écarts des services de santé entre les autochtones et les autres Canadiens. Le rapport suggère notamment d'inclure les pratiques de guérison autochtone dans le système de santé canadien;— Permettre aux juges d'exempter les autochtones des peines minimales obligatoires afin d'atténuer leur surreprésentation dans les pénitenciers et les prisons fédéraux;— Rembourser les victimes des pensionnats qui ne faisaient pas partie du recours collectif, dont les Métis et les autochtones vivant à Terre-Neuve-et-Labrador.