Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le gouvernement de l'Î.-P.-É. facilite l'accès à l'avortement

Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard a conclu une entente avec l'Hôpital de Moncton pour faciliter l'accès aux avortements pour les femmes de la province.

Les Prince-Édouardiennes qui veulent mettre fin à leur grossesse pourront obtenir le service à Moncton à partir du 1er juillet.

Les frais seront pris en charge par le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard. Elles n'auront qu'à présenter leur carte d'assurance-maladie au moment de leur enregistrement.

Il ne sera pas nécessaire d'obtenir une recommandation d'un médecin pour obtenir la procédure. Il sera possible de prendre rendez-vous en appelant à un numéro sans frais. « Ce nouvel arrangement fournira [aux femmes] des soins de santé confidentiels, en temps opportun, et assurera une continuité de service », a affirmé le premier ministre Wade MacLauchlan.

Il a précisé que son gouvernement devait agir pour se conformer à la Charte canadienne des droits et libertés et à la Loi canadienne sur la santé.

À l'heure actuelle, le gouvernement de l'Île couvre la procédure si elle est pratiquée à l'Hôpital Queen Elizabeth II, à Halifax. La ville de Moncton est plus rapprochée, ce qui constitue un avantage, selon le gouvernement.

L'Île-du-Prince-Édouard est la seule province au Canada qui n'offre pas l'avortement. Le sujet est devenu un enjeu politique depuis quelques années. Des groupes féministes ont vertement critiqué le gouvernement qui, selon eux, met des bâtons dans les roues des Prince-Édouardiennes qui désirent mettre fin à leur grossesse..

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques statistiques sur la santé des Canadiens

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.