NOUVELLES
01/06/2015 20:34 EDT | Actualisé 01/06/2016 01:12 EDT

La GRC témoigne au procès de Christopher Phillips pour possession d'arme chimique

HALIFAX - Un agent de la Gendarmerie royale du Canada a affirmé avoir publié un avis international concernant un homme de la Nouvelle-Écosse soupçonné de détenir des stocks importants de produits chimiques après avoir analysé ses courriels.Christopher Phillips y décrivait ce qu'il qualifiait de «pensées illégales» et ses projets pour fabriquer un produit chimique toxique qu'il a défini comme étant «l'arme de la terreur des milliardaires».La sergente Lisa Stuart, qui témoignait au premier jour du procès de Phillips, a déclaré lundi que l'accusé était considéré comme une menace à la sécurité publique après que sa femme eut logé une plainte à la police au sujet de sa santé mentale et de courriels qu'il lui avait envoyés au sujet d'une substance empoisonnée connu sous le nom de tétroxyde d'osmium.A la suite de la plainte de la femme, au mois de janvier, la police a lancé les recherches pour retrouver Phillips. Deux secteurs de la région d'Halifax ont dû être évacués quand des produits chimiques y ont été retrouvés. Un technicien en engins explosifs avait indiqué que les autorités avaient retrouvé 750 bouteilles et d'autres contenants.Phillips a été arrêté dans un hôtel d'Ottawa le 21 janvier après l'évacuation menée par la police, mais Mme Stuart a confirmé qu'il n'avait aucun produit chimique en sa possession lorsqu'il a été appréhendé.Il a plaidé non-coupable aux accusations d'avoir menacé un agent de la paix et de possession d'arme — du tétroxyde d'osmium — dans un dessein dangereux.Mme Stuart a lu de longs extraits de courriels de Phillips, affirmant qu'il était clair qu'il souffrait de «capacités mentales diminuées».Un des courriels décrivait la manière selon laquelle Phillips voulait construire une boîte spéciale pour y placer une fiole de tétroxyde d'osmium, qu'il prévoyait offrir à un ami pour Noël. Phillips a décrit comment la boîte pourrait être utilisée comme une arme.Plus tard dans la journée, la Cour a entendu que la police avait trouvé du tétroxyde d'osmium à un seul endroit dans la région d'Halifax.En contre-interrogatoire, Mme Stuart a expliqué à l'avocat de la défense que sa décision d'avertir d'autres corps de police était basé sur l'emploi que l'accusé avait occupé auparavant dans un laboratoire militaire de l'armée américaine.Mme Stuart a ajouté qu'elle avait écrit dans un rapport que certains des produits chimiques détenus par Phillips étaient sous une forme cristallisée, ce qui les rendait «instables». Elle a toutefois confirmé que Phillips avait légalement obtenu le tétroxyde d'osmium et qu'aucun autre produit chimique n'était entreposé de manière inappropriée.Au total, Phillips possédait 230 millilitres de tétroxyde d'osmium sous forme liquide et 31 grammes sous frome cristallisée, ce qui est bien au-dessous de la limite établie de possession légale.Le procès se poursuit mardi.