NOUVELLES
02/06/2015 09:49 EDT | Actualisé 02/06/2016 01:12 EDT

L'EI revendique l'attaque sanglante contre la police en Irak

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué mardi l'attaque suicide au véhicule piégé contre une base de la police au nord de Bagdad qui a fait 47 morts.

Dans un communiqué mis en ligne, l'EI a affirmé que trois kamikazes avaient mené l'attaque lundi. Un Somalien a lancé son véhiculé blindé piégé à l'intérieur de la base, alors qu'un Tadjike et un Syrien faisaient détoner un véhicule Humvee et un camion bourrés d'explosifs à proximité.

Un membre du service de renseignement de l'armée a indiqué que l'attaque, qui a visé la base de la police fédérale entre la ville de Samarra et le lac Tharthar, dans la province de Salaheddine, avait fait 47 morts: 40 policiers et 7 combattants de milices pro-gouvernementales.

Un homme politique chiite, Haidar al-Ramahi, a évoqué un bilan de 48 morts.

Des policiers tués lors de l'attaque ont été enterrés mardi dans la ville sainte chiite de Najaf, au sud de Bagdad.

"Les victimes sont des Turcomans dont les familles ont été déplacées à Najaf après la chute de leur ville" conquise par l'EI, a indiqué un parent de l'une d'elles. "Ils s'étaient enrôlés dans la police afin de libérer leur région et l'Irak en général des mains de l'EI", a-t-il ajouté.

L'EI s'est emparé, au fur et à mesure qu'il avance dans des régions irakiennes, des véhicules blindés et des chars abandonnés par les forces irakiennes dans leur retraite, qu'il piège ensuite pour utiliser dans les attentats.

Il a ainsi eu recours à une trentaine de ces "camions bombes", bourrés de tonnes d'explosifs et protégés avec des armatures en acier, dans sa conquête de Ramadi, la capitale de la province occidentale d'Al-Anbar, le 17 mai.

La base visée lundi est située dans la zone où les forces gouvernementales et des milices chiites mènent une opération visant à couper les voies de ravitaillement de l'EI dans Al-Anbar, que l'EI contrôle en grande partie.

Ces forces ont lancé le 26 mai une opération à partir de la province de Salaheddine destinée à isoler les jihadistes dans celle voisine d'Al-Anbar, avant de donner l'assaut à Ramadi.

La coalition internationale anti-jihadistes dirigée par les Etats-Unis a apporté, lors d'une réunion mardi à Paris, son soutien au plan militaire et politique de l'Irak pour reconquérir ses territoires.

Les quelque 4.000 raids menés par cette coalition en dix mois n'ont pas réussi à arrêter les jihadistes en Irak et en Syrie.

Lundi, la coalition a mené cinq raids en Syrie et dix en Irak.

jmm/tp-cnp/vl