NOUVELLES
02/06/2015 06:03 EDT | Actualisé 02/06/2016 01:12 EDT

L'EI revendique l'attaque sanglante contre la police en Irak

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué mardi l'attaque suicide au véhicule piégé contre une base de la police au nord de Bagdad qui a fait 37 morts.

Dans un communiqué mis en ligne, l'EI a affirmé que trois kamikazes avaient mené l'attaque lundi. Un Somalien a lancé son véhiculé blindé piégé à l'intérieur de la base, alors qu'un Tadjike et un Syrien faisaient détoner un véhicule Humvee et un camion bourrés d'explosifs à proximité.

L'attaque, qui a aussi fait une trentaine de blessés, a visé la base de la police fédérale entre la ville de Samarra et le lac Tharthar, dans la province de Salaheddine.

L'EI s'est emparé, au fur et à mesure qu'il avance dans des régions irakiennes, des véhicules blindés et des chars abandonnés par les forces irakiennes dans leur retraite, qu'il piège ensuite pour utiliser dans les attentats.

Il a ainsi eu recours à une trentaine de ces "camions bombes", bourrés de tonnes d'explosifs et protégés avec des armatures en acier, dans sa conquête de Ramadi, la capitale de la province occidentale d'Al-Anbar, le 17 mai.

La base visée lundi est située dans la zone d'opérations des forces gouvernementales et des milices chiites qui tentent de couper les voies de ravitaillement de l'EI dans Al-Anbar, que l'EI contrôle en grande partie.

Ces forces ont lancé le 26 mai une opération à partir de la province de Salaheddine destinée à isoler les jihadistes dans celle voisine d'Al-Anbar, avant de donner l'assaut à Ramadi.

La stratégie à adopter face aux avancées de l'EI en Irak et en Syrie voisine est au centre d'une réunion mardi à Paris des pays de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, dont les quelque 4.000 raids en dix mois n'ont pas réussi à stopper les jihadistes.

mm/tp/jri