NOUVELLES
02/06/2015 15:43 EDT | Actualisé 02/06/2016 01:12 EDT

Démission Blatter : "La meilleure nouvelle des derniers temps!" (Romario)

La démission de Joseph Blatter de la présidence de la Fifa est "la meilleure nouvelle des derniers temps" a réagi mardi l'ex-attaquant brésilien Romario, aujourd'hui sénateur, tandis que pour la fédération brésilienne des "changements étaient nécessaires".

"Meilleure nouvelle des derniers temps! La démission de Joseph Blatter de son poste de président de la Fifa représente le début d'une nouvelle ère pour le football mondial", a publié Romario sur son compte Facebook.

"Tous les gestionnaires corrompus des confédérations dans le monde vont ressentir sa chute comme un tsunami. J'espère maintenant que les eaux de cette grande vague seront suffisantes pour balayer toute la corruption dirigée par la plus grande instance du football", a-t-il ajouté.

"L'impact (de la démission) est très fort, très grand, on ne peut pas le nier. Cela ébranle les structures", a estimé de son côté le secrétaire général de la Confédération brésilienne de Football (CBF), Walter Feldman.

"J'étais au côté du président (de la CBF, Marco Polo del Nero) quand nous avons reçu la nouvelle. Mais comme Marco Polo le dit toujours : la société se modernise et nous avons besoin de certains changements. Je pense que tout cela sera positif", a-t-il dit.

M. Blatter, 79 ans, président de la Fifa depuis 1998, a annoncé mardi sa démission et la tenue d'un congrès extraordinaire pour élire son successeur au moment où l'instance de football est secouée par un scandale de corruption qui a conduit à l'arrestation de sept élus dont l'ex-président de la CBF, José Maria Marin.

Réélu vendredi pour un cinquième mandat avec le soutien du Brésil, Blatter "n'a pas résisté à une semaine de pressions", a ajouté Romario.

"La crise est un excellente occasion de faire vraiment le ménage dans le football du monde entier", a-t-il ajouté.

Romario, qui depuis des mois traite de "voleurs" et de "bandits" les hauts dirigeants du football au Brésil, a donné le coup d'envoi à une commission d'enquête au Sénat pour examiner les activités de la CBF et les contrats passés par le comité organiseur local de la Coupe du monde 2014 au Brésil.

"J'espère sincèrement que le président de la CBF, Marco Polo del Nero, démissionnera aussi", a souligné Romario, sénateur socialiste de Rio de Janeiro.

jt/cdo/ka/tsq