NOUVELLES
02/06/2015 17:04 EDT | Actualisé 02/06/2016 01:12 EDT

Bill Cosby qualifiait en 2011 d'«agaçante» la question du viol

LOS ANGELES, États-Unis - Bill Cosby qualifiait en 2011 d'«agaçante» toute la question du viol, un phénomène qui se résume, selon lui, à une forme d'intimidation.Le comédien américain a eu ces commentaires — absolument non sollicités — sur le viol lors d'une entrevue téléphonique accordée à une cinéaste en 2011 et qui devait plutôt être consacrée à l'intimidation et à la violence dont souffrent certaines jeunes filles. La documentariste Cassidy McMillan préparait un film à la suite du suicide de la Canadienne de 15 ans Amanda Todd, victime d'intimidation extrême.Cassidy McMillan a décidé de rendre public un extrait de trois minutes de cette entrevue. L'extrait a été publié lundi par le site RadarOnline, du National Enquirer, qui a eu accès à l'entrevue complète d'une heure. Le magazine américain avait d'ailleurs publié la semaine dernière un article annoncé, en couverture: «Cosby avoue».Au cours de l'entrevue à Mme McMillan, le comédien évoque par ailleurs l'intimidation dont a été victime sa propre fille, et ce que lui et sa femme avaient fait par la suite pour l'aider.Près d'une trentaine de femmes allèguent que Cosby, âgé de 77 ans, les a agressées sexuellement, certaines soutenant avoir été droguées puis violées. Les incidents présumés remonteraient à il y a plus de 40 ans, dans certains cas. L'acteur n'a jamais été formellement accusé au criminel, mais il y a prescription pour la plupart de ces allégations.Au cours de l'entrevue accordée à la réalisatrice McMillan, Cosby soutient que le système judiciaire constitue le seul véritable recours possible pour les victimes de viol.Dans une entrevue à une station de radio après la publication du National Enquirer, la documentariste McMillan explique qu'elle a été surprise d'entendre Cosby s'engager sur la voie du viol alors que l'entrevue portait sur l'intimidation. «La tournure de cette conversation m'a troublée, et semblait révéler quelque chose de plus profond chez lui», a-t-elle estimé.