NOUVELLES
02/06/2015 12:09 EDT | Actualisé 02/06/2016 01:12 EDT

110 personnes parties de France tuées en Irak ou en Syrie

Cent-dix personnes parties de France ont été tuées en Irak ou en Syrie, dont neuf sont mortes dans des actions-suicides en Irak, a indiqué mardi le Premier ministre français, Manuel Valls, devant le Sénat.

"Plus de 860 individus ont séjourné dans ces pays. 471 y sont actuellement et 110 y sont recensés comme morts - c'est 10 de plus qu'il y a deux mois à peine", a-t-il précisé.

Avec la revendication par le groupe Etat islamique, la semaine dernière, de deux attentats-suicides en Irak par "deux de nos jeunes compatriotes, cela porte à neuf le nombre d'individus partis de France et décédés dans des actions-suicides", a ajouté le Premier ministre.

Le nombre des Français ou "personnes résidant en France" impliquées "dans le jihad en Syrie ou en Irak" est actuellement de 1.730. Ce chiffre "a plus que doublé en un an", a-t-il souligné.

Ces chiffres "sans doute n'éveillent pas suffisamment, me semble-t-il, la conscience de beaucoup de nos compatriotes", a-t-il regretté.

Le Premier ministre a donné ce bilan dans le cadre d'une présentation d'un projet de loi sur le renseignement en cours de débat au sein du Parlement français.

Ce texte "ne prévoit pas (...) la mise en oeuvre de moyens d'exception (...) et encore moins d'une surveillance généralisée des citoyens. Le recueil de renseignement sera ciblé sur les personnes qui présentent une menace réelle pour notre sécurité", a-t-il assuré.

Le projet de loi du gouvernement qui intervient après les attentats (17 morts) de janvier à Paris a été critiqué par des ONG qui jugent qu'il porte atteinte aux libertés individuelles en France.

pg-kp/mat/prh/ial/