NOUVELLES
01/06/2015 16:57 EDT | Actualisé 01/06/2016 01:12 EDT

Jean-Marc Fournier réplique à une lettre de plainte de Québecor

QUÉBEC - Le leader parlementaire libéral Jean-Marc Fournier a défendu son droit à utiliser dans le débat politique des exemples provenant des activités de Québecor, lundi, malgré une lettre de l'entreprise contrôlée par Pierre Karl Péladeau enjoignant le gouvernement à la laisser à l'écart des échanges à l'Assemblée nationale.M. Fournier a exhibé lors d'un point de presse lundi une lettre écrite par le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Dion.Cette lettre de M. Dion faisait suite à une intervention, la semaine dernière, dans laquelle le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, donnait l'exemple des taux d'intérêt pratiqués par Vidéotron, une filiale de Québecor.M. Fournier a signifié à son tour par lettre à M. Dion que les parlementaires sont libres de leurs propos en vertu de leur «mandat démocratique».Aux journalistes, M. Fournier a expliqué que l'intervention de M. Arcand avait servi à illustrer les contradictions dans le camp péquiste, alors que le député Bernard Drainville jugeait déraisonnable les taux pratiqués par Hydro-Québec sur les paiements en retard de ses abonnés.En Chambre, mercredi, M. Arcand avait répliqué que les taux de Vidéotron sont de 19,56 pour cent, comparativement à 14,4 pour cent pour la société d'État.