NOUVELLES
31/05/2015 13:28 EDT | Actualisé 31/05/2016 01:12 EDT

Solar Impulse 2 proche du Japon 24 heures après son décollage

L'avion solaire révolutionnaire Solar Impulse 2 survolait la mer du Japon dans la nuit de dimanche à lundi, près de 24 heures après son décollage de Nankin (Chine), pour l'étape la plus ambitieuse de son tour du monde

Le pilote suisse André Borschberg, 62 ans, se trouvait à 16H00 GMT dimanche entre l'est de la Corée et l'ouest du Japon, selon un tweet posté par son équipe au sol, pour la première de six journées de vol non-stop devant le mener à travers l'océan Pacifique jusqu'à HawaÏ.

Son compatriote pilote de Solar Impulse 2 sur d'autres étapes Bertrand Piccard a souligné sur Twitter qu'il s'agissait du premier vol de nuit complet, pendant lequel l'appareil doit compter uniquement sur ses batteries, rechargées en journée par le soleil.

Ce vol de 8.500 kilomètres de Nankin à Hawaï pourrait établir un record de durée pour un pilote seul à bord, selon les organisateurs.

Il s'agit de la septième, et plus longue, des douze étapes prévues pour le tour du monde entamé par cet avion solaire géant.

Solar Impulse 2, dont les ailes sont tapissées de plus de 17.000 cellules photovoltaïques, est parti le 9 mars d'Abou Dhabi pour un tour du monde destiné à promouvoir l'usage des énergies renouvelables, en particulier l'énergie solaire.

Il a ensuite fait escale au sultanat d'Oman, en Inde, en Birmanie puis en Chine, piloté alternativement par André Borschberg et son binôme Bertrand Piccard.

Chaque jour, le pilote affrontera des altitudes himalayennes autour de 28.000 pieds (8.400 mètres) et des variations de température de 55 degrés dans la cabine monoplace non pressurisée de Solar Impulse 2.

Il ne pourra se reposer que par courtes périodes - son siège de pilotage faisant aussi office de lit -, en raison de la nécessité de contrôler son système de pilotage automatique.

En cas de panne grave en vol, le Suisse devra sauter en parachute dans l'océan, à des centaines de kilomètres de tout secours. Aucun navire ne peut en effet suivre à la trace l'appareil, qui volera à une vitesse maximum de 90 km/h à basse altitude et de 140 km/h dans les couches supérieures.

Solar Impulse 2, dont les ailes sont tapissées de plus de 17.000 cellules photovoltaïques, a une envergure de 72 mètres, soit plus que celle d'un Boeing 747, et presque celle d'un Airbus A380.

Avant ce vol à travers le Pacifique, l'équipe a enlevé deux roues latérales et les freins internes des hélices pour rendre l'avion encore plus léger, réduisant encore son poids initial de 2,3 tonnes.

Ce nouvel appareil a pris la suite de Solar Impulse, qui avait déjà réalisé en 2010 un vol de 26 heures, prouvant sa capacité d'accumuler suffisamment de puissance dans ses batteries au lithium pendant la journée pour pouvoir rester en vol la nuit.

Ce tour du monde de Solar Impulse 2 était originellement prévu pour durer cinq mois, dont 25 jours de vol effectif, avant un retour à Abou Dhabi.

Moquée au départ par l'industrie aéronautique, l'aventure parait maintenant accueillie avec sympathie dans le monde entier.

psr/mct/pjl