NOUVELLES
31/05/2015 14:39 EDT | Actualisé 31/05/2016 01:12 EDT

Roland-Garros - Tsonga de retour aux affaires

Le Français Jo-Wilfried Tsonga a déjoué les pronostics à Roland-Garros en écartant le N.4 mondial Tomas Berdych pour rallier les quarts de finale dimanche lors d'une journée gâchée par la pluie.

Les premières gouttes tombées sur les courts parisiens ont plombé le programme des Internationaux de France mais pas le moral de Tsonga qui a fait preuve de solidité mental pour dominer en quatre sets (6-3, 6-2, 6-7 (5/7), 6-3) l'un des plus sérieux outsideurs de la compétition.

Cette saison, Berdych n'avait jamais été vaincu avant les quarts. Il avait notamment disputé trois finales (Doha, Rotterdam, Monte-Carlo) sans toutefois remporter de titre.

Le Tchèque menait assez largement dans ses duels avec Tsonga (6-2) qu'il avait d'ailleurs battu deux semaines avant Roland-Garros, à Madrid (7-5, 6-2).

Mais sur le court Philippe-Chatrier, malgré le vent, le froid et le retard pris pour cause de pluie, Tsonga a élevé son niveau pour se rapprocher de celui qui lui avait permis d'atteindre les quarts de finale en 2012, puis les demies en 2013.

Le Français n'avait plus battu de membre du Top 10 en Grand Chelem depuis son quart de finale remporté cette année-là en trois manches contre Roger Federer.

A la peine depuis son retour à la compétition en mars, après quatre mois d'arrêt pour cause de bras droit douloureux, Tsonga s'est relancé avec ce troisième quart de finale à Paris, le onzième au total en Grand Chelem. C'est mieux que Yannick Noah, dernier lauréat français d'un "Majeur" à Roland-Garros en 1983, qui en avait disputé dix lors de sa carrière.

- Le Japon, 82 ans après -

Avant d'en arriver là, Tsonga s'est fait un peu peur. Il a servi pour le match, à 5-4, dans le troisième set quand son adversaire semblait au bord du gouffre. Mais traversé par "un moment d'absence", comme il l'a dit lui-même, le finaliste de l'Open d'Australie 2008 a permis à Berdych de provoquer une quatrième manche. Mené 3-1, Tsonga a puisé dans ses ressources pour renverser la situation.

Cette prestation devrait apporter une bonne dose de confiance au N.3 Français avant d'affronter le N.5 mondial Kei Nishikori pour une place en demi-finales.

Le Nippon, exempté de troisième tour à la suite du forfait de l'Allemand Benjamin Becker, n'avait plus joué depuis mercredi.

Mais le rythme ne lui a pas manqué pour écoeurer en trois manches (6-3, 6-4, 6-2) le Russe Teymuraz Gabashvili, 74e, et atteindre pour la première fois les quarts de finale à Paris. Le Japon n'avait plus connu cela depuis les demi-finales de Jiro Satoh... en 1931 et 1933.

- Ivanovic de retour -

L'attente a été bien moins longue pour la Serbe Ana Ivanovic, qui n'avait plus figuré à ce niveau depuis son titre en 2008. Sous les yeux de son compagnon, le footballeur allemand Bastian Schweinsteiger, l'ancienne N.1 mondiale (en juin 2008), aujourd'hui classée 7e, a mis fin à la disette en venant à bout de la Russe Ekaterina Makarova, 9e, en trois manches (7-5, 3-6, 6-1).

"Quand je suis arrivée à ce tournoi, je ne pensais pas atteindre ce niveau. C'est extraordinaire. J'en suis très fière", a savouré la Serbe, qui n'a pas trop souffert de la longue interruption (2h30) pour cause de pluie.

Ivanovic affrontera la jeune Ukrainienne (20 ans), Elina Svitolina, victorieuse elle aussi, malgré les averses, de la N.1 française Alizé Cornet (6-2, 7-6 (11/9)) qui a tout de même sauver cinq balles de match.

Stan Wawrinka n'a lui pas eu besoin de batailler autant contre le Français Gilles Simon (6-1, 6-4, 6-2). Le Suisse rencontrera au prochain tour le vainqueur du duel qui opposait dans la soirée son compatriote Roger Federer à un autre Français, Gaël Monfils, arrêté à un set partout par l'obscurité (6-3, 4-6).

ll/we