NOUVELLES
31/05/2015 10:04 EDT | Actualisé 31/05/2016 01:12 EDT

Nigeria: deux villes du nord-est attaquées par Boko Haram

Des islamistes armés ont attaqué deux villes du nord-est du Nigeria, mettant le feu à des bâtiments publics et pillant les magasins et les stations-service, ont déclaré dimanche des habitants et un officier de police.

Aucun bilan n'est disponible pour l'instant, et les informations sur cette double-attaque survenue samedi soir dans les villes de Galda et Fika, dans l'État de Yobe, mettent du temps à émerger, les antennes-relais des opérateurs de téléphones ayant été détruites.

A Fika, située à 150 km de Damaturu, la capitale de l'État, "les hommes armés de Boko Haram sont arrivés dans deux pick-ups et sur plusieurs motos vers 21H00 (20H00 GMT), ils se sont mis à tirer dans tous les sens et ils ont lancé des grenades sur le commissariat de police, obligeant la police à fuir et les habitants à s'enfermer chez eux", a rapporté Abubakra Maigoro, un habitant.

Les islamistes ont aussi brûlé un ensemble de logements de fonctionnaires et 13 véhicules, selon M. Maigoro.

"Ils ont brûlé tous les piliers télécoms dans la ville et on est obligés d'aller en haut des collines, dans la brousse, pour (...)passer des appels", a expliqué Ibrahim Sagir, un autre habitant.

Des soldats mobilisés à Potiskum, à 50 km de là, n'ont pu repousser les islamistes et ont fini par se retirer, selon MM. Maigoro et Sagir.

Un officier de police de Potiskum a confirmé cette attaque à l'AFP, mais n'a pas pu donner de bilan des victimes dans l'immédiat.

"Des soldats d'ici ont été déployés mais ils ont été dépassés par les hommes armés", a-t-il confirmé sous couvert d'anonymat.

A Galda, à 20 km de Fika, une autre attaque a eu lieu vers 20H00 (19H00 GMT) selon des témoins et l'officier de police.

"Les hommes armés ont attaqué notre ville en tirant partout pour faire peur à la population, avant d'entrer dans les boutiques et de repartir avec la nourriture et des jerricans d'essence", a rapporté Muhammad Garba, un habitant.

"C'est après avoir attaqué Galda qu'ils se sont dirigés vers Fika", a-t-il ajouté.

Ces nouvelles attaques surviennent 48 heures après l'investiture du nouveau président nigérian Muhammadu Buhari, qui a promis de faire de la lutte contre Boko Haram, "un groupe de gens fous et sans Dieu", la priorité de son mandat.

Le groupe islamiste, affaibli depuis le déclenchement, en février, d'une opération militaire impliquant les pays de la région, a déjà mené plusieurs attaques samedi à Maiduguri, la capitale de l'État de Borno voisin.

abu/cdc/dom