NOUVELLES
31/05/2015 11:32 EDT | Actualisé 31/05/2016 01:12 EDT

Jeb Bush rabroue le candidat républicain Rand Paul sur la NSA

NASHVILLE, États-Unis - Le candidat probable à l'investiture républicaine Jeb Bush a rabroué le sénateur et candidat républicain Rand Paul qui tente de mettre fin au programme de surveillance de l'Agence nationale de sécurité américaine adopté après les événements du 11 septembre 2001.L'ancien gouverneur de la Floride croit que M. Paul «a tort» de vouloir abroger le «Patriot Act», qui permet notamment aux autorités de collecter et d'entreposer les relevés téléphoniques des Américains.Lors d'une activité de financement pour le Parti républicain au Tennessee, dimanche, M. Bush a ainsi appelé les sénateurs à prolonger ces dispositions de la loi qui avaient été implantées par son frère, George W. Bush. Il a d'ailleurs couvert d'éloges l'ancien président pour avoir «bien protégé» les Américains.Si les sénateurs américains ne s'entendent pas avant minuit sur une réforme de ce programme, dimanche, plusieurs éléments importants de la loi — qui permettent notamment aux autorités de mener des enquêtes sur de présumés terroristes — deviendront caducs.Rand Paul a signifié qu'il ferait tout en son pouvoir pour reporter le vote et ainsi, que la loi expire à l'heure fatidique. M. Paul croit que le gouvernement ne devrait pas avoir accès aux informations personnelles des Américains, qualifiant le programme «d'espionnage illégal».De son côté, M. Bush estime que la collecte de métadonnées téléphoniques ne viole pas les droits fondamentaux des Américains.«Je respecte le sénateur Paul, mais je crois qu'il a tort. S'il y a une attaque au pays, plusieurs personnes nous diront: "Où étiez-vous?" », a-t-il lancé devant des partisans. Les sénateurs du Tennessee Bob Corker et Lamar Alexander se sont aussi prononcés en faveur de la prolongation du «Patriot Act».«En autant que cela respecte la Constitution, nous devons nous assurer que nous savons tout ce qu'il faut sur ces gens qui tentent de nous nuire», a déclaré M. Alexander.