NOUVELLES
31/05/2015 14:48 EDT | Actualisé 31/05/2016 01:12 EDT

Grèce: Varoufakis provoque la polémique au sein du gouvernement

Le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a provoqué dimanche une polémique au sein du gouvernement de gauche radicale, après avoir nommé une ex députée socialiste controversée représentante de la Grèce au FMI.

L'économiste Elena Panariti avait participé à l'équipe du précédent gouvernement droite-socialiste aux négociations avec les créanciers, UE et FMI, sur l'application du premier plan d'aide au pays, marqué d'une politique stricte de rigueur.

Sa nomination a provoqué l'ire de 43 députés (sur un total de 149) de la gauche radicale Syriza, au pouvoir, ainsi que la réaction de nombreux cadres du gouvernement d'Alexis Tsipras, Premier ministre et président du Syriza.

"Une personnalité qui représente la politique du Memorandum (d'austérité ndrl) ne peut pas représenter l'actuel gouvernement dont les principes et les valeurs sont totalement différents (...)", ont déclaré les députés dans une lettre ouverte publiée dimanche soir par l'Agence de presse grecque Ana (semi-officielle).

"Il s'agit d'un sujet politique (...), c'est une décision erronée et on réclame son annulation", écrivent ces députés.

Une rencontre est prévue dimanche soir entre le Premier ministre Alexis Tsipras et Yanis Varoufakis sur ce sujet, a indiqué l'Ana.

Le ministre très médiatique Yanis Varoufakis, qui est aussi député du Syriza mais pas membre du parti, avait déjà provoqué la polémique au sein du gouvernement fin avril. A l'époque il avait été accusé d'avoir créé un climat négatif lors des négociations entre Athènes et les représentants des créanciers, UE et FMI, concernant l'accord qui doit être conclu sur l'avenir financier du pays.

Pour apaiser ce climat tendu à l'époque, Alexis Tsipras avait dû réorganiser l'équipe grecque chargée des négociations avec les créanciers.

"Il y a souvent une mauvaise compréhension" avec les équipes de l'UE et du FMI, et même "un climat négatif" envers M. Varoufakis, avait avoué le Premier ministre grec lors d'un entretien à la télévision grecque Star début mai.

hec/lpt