NOUVELLES
31/05/2015 16:50 EDT | Actualisé 31/05/2016 01:12 EDT

Des leaders régionaux appellent le Burundi à reporter les élections

NAIROBI, Kenya - Le gouvernement du Burundi devrait reporter les élections de six semaines à cause de l'instabilité causée par la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat, ont déclaré dimanche des chefs d'État de la région réunis d'urgence pour se pencher sur la crise.La capitale du Burundi, Bujumbura, a été déstabilisée par de nombreuses manifestations depuis cinq semaines, après l'annonce de la candidature de M. Nkurunziza.Les présidents de la Tanzanie, de l'Ouganda et du Kenya ont participé au sommet de dimanche à Dar es Salam, selon un communiqué du bureau du président de la Communauté d'Afrique de l'Est, le président kényan Uhuru Kenyatta. Le président sud-africain Jacob Zuma était également présent.Les leaders régionaux appellent le gouvernement burundais à repousser le scrutin afin de créer un environnement propice à l'exercice du droit de vote, affirme le communiqué.Les élections législatives au Burundi sont prévues le 5 juin, tandis que l'élection présidentielle a été fixée au 26 juin.Depuis cinq semaines, au moins 20 personnes ont été tuées et 471 autres blessées dans les affrontements entre policiers et manifestants dénonçant la candidature de M. Nkurunziza, qu'ils jugent inconstitutionnelle. La police a été accusée d'avoir tiré sur des civils, tandis que l'aile jeunesse du parti au pouvoir a été mise en cause dans des menaces et des gestes d'intimidation visant ceux qui s'opposent au président.La Communauté d'Afrique de l'Est appelle également au désarmement immédiat de tous les groupes de jeunes affiliés à des mouvements politiques, et demande au gouvernement de faire preuve de retenue et de mettre en place les conditions nécessaires pour permettre le retour des déplacés. Plus de 90 000 personnes ont fui leur domicile par crainte des violences entourant les élections.