NOUVELLES
31/05/2015 13:30 EDT | Actualisé 31/05/2016 01:12 EDT

Bogota ne veut pas en finir avec les paramilitaires, selon les Farc

Le gouvernement colombien "manque de volonté" à l'heure d'en finir avec les paramilitaires et sans leur suppression "il ne peut y avoir de paix véritable et durable", a dénoncé dimanche la guérilla des Farc.

"La société interprète le manque de volonté d'en finir avec les paramilitaires comme un manque de volonté de faire la paix", a dit le négociateur des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), Joaquin Gomez, en entamant de nouvelles discussions avec le gouvernement colombien à La Havane.

Or, "les paramilitaires se déploient à nouveau dans tout le pays et agissent avec impunité", forts de plus de "80 unités", a-t-il poursuivi.

Les Farc ont insisté sur la nécessité de "mettre en place un mécanisme" qui permettre de parvenir à l'élimination des paramilitaires.

Les groupes paramilitaires, tenus pour responsables de plusieurs massacres de civils, se sont officiellement démobilisés entre 2003 et 2006 dans le cadre d'un accord de paix prévoyant des réductions de peine en échange d'aveux.

Les parties ont fait savoir dimanche dans un communiqué commun que leurs discussions de paix se poursuivraient jusqu'à jeudi "dans le but de retourner à la table (de négociations) le 17 juin".

Les délégations du gouvernement et des Farc mènent des pourparlers tendus, délocalisés à Cuba depuis novembre 2012, pour résoudre le plus vieux conflit d'Amérique latine, qui a fait officiellement 220.000 morts en plus d'un demi-siècle.

rd-ial/pjl