NOUVELLES
29/05/2015 05:46 EDT | Actualisé 29/05/2016 01:12 EDT

WEC/24 Heures du Mans - Journée Test: le grand retour de Nissan, enfin...

Après trois mois de suspense et de "buzz", Nissan Motorsport, forfait pour les deux premières manches du Championnat du monde d'endurance (WEC), va enfin faire son grand retour au plus haut niveau de l'endurance automobile dimanche, lors de la Journée Test des 24 Heures du Mans.

Face à Audi, Toyota et Porsche, les trois principaux animateurs de la catégorie-reine (LMP1), celle des gros prototypes à moteur hybride, la nouvelle Nissan GT-R LM Nismo, un monstre de plus de 1000 chevaux à traction avant, est très attendue. Pour l'instant, tous ses essais, privés, se sont déroulés à huis clos, ou presque, en Europe et aux Etats-Unis.

Quelques photos ont filtré, grâce à un service de communication très actif, mais le doute persiste sur les capacités de cette voiture révolutionnaire sur le grand circuit de la Sarthe (13,629 km), aussi exigeant pour les machines que pour les pilotes. On en saura un peu plus dimanche soir, mais il ne faut pas forcément s'attendre à des miracles chronométriques.

L'une des Nissan LM-GTR présentes dimanche au Mans sera bleu ciel, comme la Nissan de Mark Blundell en 1990 quand l'Anglais a signé la pole position des 24 Heures, en trois minutes et 27 secondes. C'était il y a 25 ans mais il y a peu de chances que les jeunes pilotes de l'effectif Nissan parviennent à rouler aussi vite dimanche, dans une voiture aussi neuve.

Nissan sera face à trois marques bien rodées: Audi, tenant du titre dans la Sarthe, avec ses R18 e-tron quattro invaincues en 2015, Toyota, avec ses TS040 Hybrid qui ont raté le coche l'an dernier au Mans mais se sont consolées en remportant les deux titres mondiaux, pilotes et constructeurs, et Porsche, dont les nouvelles 919 Hybrid ont fait forte impression à Silverstone et à Spa.

Cette Journée Test marque le début de la grande quinzaine du Mans, car les équipes n'auront plus à bouger jusqu'aux vérifications administratives, aux essais officiels (10-11 juin) puis à la course, dont le départ sera donné le 13 juin à 15h00 locales (13h00 GMT). Huit heures de travail acharné sont prévues dimanche, de 9h00 à 13h00 puis de 14h00 à 18h00.

Côté tribunes, l'endurance affiche des tarifs raisonnables, ce qui explique aussi son regain d'intérêt côté public. Pour accéder au circuit pendant la quinzaine des 24 Heures, le tarif le plus bas est de 75 euros (enceinte générale), à partir de la Journée Test, ou 56 euros pour les assurés de l'Automobile Club de l'Ouest (ACO). C'est gratuit pour les moins de 16 ans accompagnés par un adulte.

dlo/gv