NOUVELLES
29/05/2015 09:54 EDT | Actualisé 29/05/2016 01:12 EDT

Wall Street ouvre en légère baisse, toujours attentiste après le PIB américain

Wall Street a ouvert en petite baisse vendredi, digérant sans pessimisme démesuré une révision en baisse du produit intérieur brut américain pour le premier trimestre, dans un marché toujours dominé par l'incertitude: le Dow Jones cédait 0,25% et le Nasdaq 0,06%.

Vers 13H40 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average perdait 45,28 points à 18.080,51 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 3,11 points à 5.094,70 points.

L'indice élargi S&P 500, très suivi par les investisseurs, reculait de 0,18%, soit 3,82 points, à 2.116,97 points.

Jeudi, la Bourse de New York avait légèrement baissé, se contentant de suivre la chute de la Bourse chinoise et le déclin des places européennes, sans que l'actualité américaine retienne l'attention du marché: l'indice vedette Dow Jones Industrial Average avait cédé 0,20% à 18.126,12 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 0,17% à 5.097,98 points.

Désormais, la Bourse s'incline de nouveau "dans la foulée de la première révision des chiffres sur le PIB du premier trimestre (aux Etats-Unis), qui témoigne d'une contraction un peu moindre qu'attendu, mais aussi d'une consommation revue en nette baisse", ont résumé les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

Selon les chiffres du département du Commerce, l'activité économique s'est contractée de 0,7%, plombée par un hiver rigoureux et l'appréciation du dollar.

Néanmoins, certains observateurs doutent de l'importance de ce chiffre pour les marchés, car "cette faiblesse du premier trimestre, c'est déjà de l'histoire ancienne", pour Chris Williamson, de l'institut Markit.

"C'est l'ampleur du rebond qui sera cruciale pour déterminer quand la Réserve fédérale (Fed) commencera à relever ses taux", actuellement presque nuls, et retirer ainsi un important soutien à l'économie, a-t-il ajouté.

Dans l'ensemble, l'ouverture en baisse de Wall Street "n'a rien d'important", a jugé Patrick O'Hare, de Briefing. "En fait, elle n'a absolument rien de notable, ce qui confirme l'idée que le marché attend de voir".

A cause d'un jour férié le 25 mai, "la semaine a été courte, mais elle a paru longue, vu l'indécision du marché", qui, malgré des fluctuations importantes mardi et mercredi, est environ au même niveau que vendredi soir, a-t-il ajouté.

"La Grèce, la Chine, la Fed, des rééquilibrages de positions en fin de mois, la faiblesse relative des transports, qui contraste avec la solidité relative des valeurs financières, l'économie", a-t-il énuméré. "Tout cela reste pour le moment en suspens, et les acteurs du marché ne savent pas trop qu'en faire".

Le marché obligataire avançait, le rendement des bons du Trésor à 30 ans reculant à 2,859% contre 2,891% jeudi soir, et celui des bons à 10 ans à 2,109% contre 2,136% précédemment.

jdy/chr/bdx