NOUVELLES
29/05/2015 09:25 EDT | Actualisé 29/05/2016 01:12 EDT

Un million de Rohingyas échappent au recensement en Birmanie

Un million de Rohingyas n'ont pas pu être recensés en Birmanie, pays que fuit en masse cette minorité musulmane non reconnue, selon les résultats du recensement national rendus publics vendredi.

"En Etat Rakhine, plus d'un million de personnes n'ont pas été inclues, dans un contexte de tensions intercommunautaires. Nombre d'entre elles exigeaient de s'auto-identifier en tant que Rohingyas", conclut le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), qui a aidé à effectuer ce recensement.

Les Rohingyas, minorité évaluée à 1,3 million de personnes jusqu'ici et non reconnue par les autorités, n'ont en effet pas été autorisés à s'inscrire en tant que tel dans la case du recensement destinée à préciser l'ethnie de chaque habitant, au cours de ce recensement réalisé en mars et avril 2014.

Des bouddhistes extrémistes avaient en effet menacé de boycotter le recensement si les Rohingyas étaient autorisés à se définir ainsi.

Au total, 1,09 million d'habitants n'ont ainsi pas pu être recensés en Etat Rakhine, soit 31% de la population de cette région en proie à de graves violences intercommunautaires en 2012, qui ont fait plus de 200 morts, essentiellement des musulmans, et accéléré l'exode des Rohingyas, aujourd'hui au coeur de la crise des migrants en Asie du Sud-Est.

"Ils n'ont pas été autorisés à s'identifier sous un nom non reconnu par le gouvernement", précise le rapport du ministère birman de l'Immigration et de la population présentant les conclusions du recensement.

Au cours du recensement, la communauté internationale avait critiqué le gouvernement pour cette concession contraire aux normes internationales, prévoyant que toutes les personnes interrogées puissent s'identifier par leur appartenance à l'ethnie de leur choix.

A l'époque, les tensions avec des manifestants bouddhistes extrémistes étaient si vives en Etat Rakhine que l'UNFPA avait dû évacuer certains de ses employés et qu'une petite fille avait été tuée par une balle perdue.

Plus globalement, le recensement est censé permettre d'améliorer les politiques de développement, de l'éducation à la santé, nécessaires au gouvernement en place depuis l'auto-dissolution de la junte en 2011.

Actuellement, même des informations aussi élémentaires que le nombre des habitants reposent sur des projections par rapport au recensement de 1983.

La population totale de la Birmanie est désormais établie à 51,5 millions de personnes. Le recensement montre, entre autres données, que le nombre moyen d'enfants par femme est en chute libre par rapport à 1983, soit 2,3 contre 4,7. Ou que seul un tiers des foyers ont l'électricité et des téléphones portables dans ce pays pauvre, en retard par rapport à ses voisins d'Asie du Sud-Est après des décennies de régime militaire.

hla-dth/bds