NOUVELLES
29/05/2015 08:19 EDT | Actualisé 29/05/2016 01:12 EDT

Un Allemand enlevé en Afghanistan a retrouvé la liberté (ministère)

Un Allemand qui avait été enlevé en avril en Afghanistan a retrouvé la liberté, a annoncé vendredi une porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères à Berlin.

"Le ministre des Affaires étrangères (Frank-Walter) Steinmeier a été soulagé (d'apprendre) qu'un ressortissant allemand qui avait été enlevé à la mi-avril a retrouvé la liberté la nuit dernière", a déclaré la porte-parole, lors d'un point de presse gouvernemental régulier.

"Il se porte bien compte tenu des circonstances et se trouve sous la responsabilité du consulat allemand à Mazar-i-Sharif", a-t-elle ajouté.

L'Agence allemande pour la coopération internationale (GIZ), qui emploie l'otage, a également confirmé qu'il était libre.

"Un ressortissant allemand travaillant pour GIZ a été enlevé il y a environ 40 jours par des hommes armés non-identifiés dans le district de Char Darah dans la province de Kunduz. Il a été secouru lors d'une opération de police" dans la nuit de jeudi à vendredi, a par ailleurs déclaré à l'AFP Abdul Wadood Wahidi, porte-parole du gouverneur de la province de Kunduz.

La porte-parole du ministère allemand s'est refusée à donner des détails sur les circonstances de sa libération, précisant qu'une "cellule de crise du ministère a travaillé intensément ces dernières semaines pour trouver une solution".

Le dossier avait été évoqué lors d'une conversation téléphonique entre le président afghan Ashraf Ghani et M. Steinmeier début mai, a précisé la porte-parole qui a en outre écarté l'hypothèse du versement d'une rançon par les autorités allemandes.

"Le gouvernement (allemand) ne se laisse pas mettre sous pression", a-t-elle dit, ajoutant qu'il "souhaite remercier le gouvernement afghan et les forces de sécurité afghanes pour leur soutien total".

Depuis le début de l'année, les enlèvements ont connu une augmentation notable en Afghanistan.

Au début du mois, Kaboul a cependant pu obtenir la libération de 19 de 31 Afghans chiites de la minorité hazara enlevés fin février dans le sud afghan, dans le cadre d'un échange de prisonniers.

A la fin du mois d'avril, des centaines de combattants talibans ont attaqué des positions tenues par la police et l'armée dans les environs de la ville de Kunduz, les combats contraignant des dizaines de milliers de personnes à quitter la province.

Les insurgés ont depuis été repoussés après l'envoi de renforts aux forces afghanes, mais les combats continuent aux abord de la ville.

elr-ac/dsa/tsz