NOUVELLES
29/05/2015 12:19 EDT | Actualisé 29/05/2016 01:12 EDT

Le principal parti burundais d'opposition boycotte le vote

BUJUMBURA, Burundi - Le principal opposant politique du Burundi a annoncé vendredi que son parti a décidé de boycotter les élections nationales, en raison de l'instabilité qui frappe le pays depuis que le président Pierre Nkurunziza a décidé de briguer un troisième mandat.Agathon Rwasa, le leader des Forces pour la libération nationale (FLN), a expliqué à l'Associated Press qu'il a décidé de se retirer parce qu'il ne se sent plus en sécurité pendant qu'il fait campagne.Il a ajouté croire que des élections crédibles ne sont plus possibles, au moment où les forces de l'ordre s'efforcent d'écraser les manifestations populaires suscitées par la décision du président.Au moins deux grenades ont explosé vendredi dans la capitale, Bujumbura, rapportent des témoins. Une explosion a fait trois blessés, dont une femme et son enfant. L'autre grenade a explosé à bord d'un autocar tout juste après que les passagers en soient descendus.Le gouvernement de M. Nkurunziza a décidé d'aller de l'avant avec le vote en dépit de la violence à Bujumbura et des appels internationaux qui se multiplient pour reporter le scrutin à plus tard. Le gouvernement burundais prétend qu'il doit aller de l'avant avec le vote pour empêcher l'apparition d'un vide politique qui pourrait mener à des troubles encore plus importants.Les élections parlementaires sont prévues pour le 5 juin et le scrutin présidentiel pour le 26 juin.L'Église catholique du Burundi a fait savoir jeudi qu'elle n'appuie plus la décision du gouvernement d'organiser des élections le mois prochain, compte tenu des tensions politiques. L'Union européenne a quant à elle annoncé la suspension de sa mission d'observation dans ce pays.