NOUVELLES
29/05/2015 10:28 EDT | Actualisé 29/05/2016 01:12 EDT

Le ministre Peter MacKay ne serait pas candidat aux prochaines élections

OTTAWA - Le gouvernement Harper perd un autre de ses gros canons: le ministre de la Justice Peter MacKay ne se présentera pas aux prochaines élections, ont confirmé quelques sources.Il doit en faire l'annonce vendredi après-midi en Nouvelle-Écosse, en compagnie du premier ministre Stephen Harper.On s'attend à ce que M. MacKay demeure en poste jusqu'à la fin de la session parlementaire.Il y a fort à parier qu'il invoquera des motifs familiaux pour expliquer son départ: son épouse attend une fille à l'automne. Le couple a déjà un garçon en bas âge.«Il veut être avec sa famille. Ce n'est pas une décision qui a été prise à la légère», a confié une source proche du ministre qui n'avait pas l'autorisation de parler publiquement du sujet.M. MacKay, un pilier du gouvernement Harper, est perçu comme l'une des voix progressistes au sein du caucus conservateur.Il a été élu six fois depuis 1997 dans la circonscription néo-écossaise de Nova-Centre.Avant d'hériter du portefeuille de la Justice, il avait été ministre des Affaires étrangères et ministre de la Défense nationale dans le cabinet du premier ministre Harper.Son départ survient dans la foulée de celui d'autres grosses pointures conservatrices, dont l'un de ses successeurs aux Affaires étrangères, John Baird, qui avait causé la surprise en démissionnant en février dernier.Après ce départ, la machine à rumeurs s'était emballée au sujet de l'avenir politique de M. MacKay.À l'époque, le principal intéressé s'était contenté de dire qu'il avait rempli la documentation nécessaire lorsqu'on lui avait demandé s'il comptait se présenter aux prochaines élections.Plus récemment, le ministre du Développement international, Christian Paradis, et la ministre du Patrimoine, Shelly Glover, ont annoncé qu'ils ne solliciteraient pas un nouveau mandat aux élections prévues le 19 octobre.M. MacKay a été un artisan de la fusion entre le Parti progressiste-conservateur, dont il aura été le dernier chef, et l'Alliance canadienne, alors dirigée par M.Harper.Cette union a donné naissance en 2004 au nouveau Parti conservateur du Canada, dont les rênes avaient été confiées à M. Harper.