NOUVELLES
29/05/2015 09:35 EDT | Actualisé 29/05/2016 01:12 EDT

L'Ukraine revendique des progrès dans les négociations sur la restructuration de sa dette

L'Ukraine va bientôt passer à des négociations directes avec ses créanciers concernant la restructuration de sa dette, essentielle pour son économie ravagée par plus d'un an de guerre dans l'Est industriel, a annoncé vendredi la ministre ukrainienne des Finances Natalie Jaresko.

Après avoir communiqué pendant des mois avec des conseillers des créanciers, "nous devrions atteindre très prochainement le stade des négociations directes. Ainsi, nous allons pouvoir parvenir à un accord de manière tout à fait constructive et consciencieuse", a-t-elle déclaré, citée par les agences de presse ukrainiennes.

Au bord de la faillite après environ trois ans de récession et un an de guerre, l'Ukraine bénéficie d'une ligne de crédit du Fonds monétaire international (FMI) se montant à 17,5 milliards de dollars sur quatre ans dont elle a reçu en mars cinq milliards.

Dans le cadre de ce programme, Kiev mène des négociations difficiles pour restructurer sa dette publique qui a explosé cette année et devrait atteindre selon le FMI 94% du PIB ukrainien.

Le soutien du Fonds doit servir de socle à un programme de soutien de 40 milliards de la communauté internationale.

En plus de l'apport de pays donateurs, les créanciers privés de l'Ukraine sont censés y contribuer à hauteur de 15 milliards de dollars via une restructuration de dettes.

Sur fond de tractations toujours très difficiles, Kiev a tenté d'accentuer la pression sur ses créanciers en menaçant de geler le remboursement de sa dette extérieure en cas d'échec des négociations.

Jeudi, le président ukrainien Petro Porochenko a promulgué une loi en ce sens, votée par le Parlement la semaine dernière et permettant aux autorités d'introduire "en cas de besoin" un moratoire sur le paiement de la dette extérieure.

Selon Bloomberg, les créanciers dr l'Ukraine, au premier rang desquels le fonds américain Franklin Templeton, ont fait le 9 mai une proposition qui permettrait à l'Ukraine d'obtenir un allègement de 15,8 milliards de dollars sur quatre ans.

Ce programme prévoit de prolonger la maturité des obligations d'Etat ukrainiennes sur 10 ans, tout en abaissant les intérêts à rembourser.

zak-lap/ant/gmo/bds