NOUVELLES
29/05/2015 12:24 EDT | Actualisé 29/05/2016 01:12 EDT

Fin d'un exercice militaire polono-franco-américain en Pologne

Un défilé de blindés français, américains et polonais a clos vendredi l'exercice Puma-15 impliquant des forces des trois pays dans le cadre de l'Otan, à la grande base militaire de Drawsko Pomorskie, a constaté un journaliste de l'AFP.

Avions et hélicoptères polonais qui bombardent une position "ennemie" au sol, chars français Leclerc qui ouvrent le feu sur une cible apparaissant devant eux, chars américains Abrams qui entrent dans la danse: l'exercice dans le nord de la Pologne n'a pas manqué d'allure.

Long de cinq jours, il avait pour l'objectif de travailler différentes situations tactiques de combat, défensives et offensives, franchissement d'obstacles, réponses à des attaques chimiques et tirs.

"Chaque coopération avec n'importe quel élément des troupes alliées est très utile, pas seulement à cause de la situation politique, mais surtout parce qu'elle permet d'augmenter l'efficacité opérationnelle au combat de chaque pays participant", a déclaré à l'AFP le colonel Piotr Bieniek, commandant adjoint de la 15e brigade motorisée de Gizycko en Pologne.

Les exercices entre Alliés ont été considérablement renforcés dans l'Est de l'Europe depuis le début de la crise ukrainienne au printemps 2014, pour rassurer la Pologne et les pays baltes inquiets de l'attitude agressive de Moscou.

Les pays baltes ont évoqué récemment une demande possible d'une présence permanente des forces alliées sur leur territoire. Cette idée n'a pas éveillé d'enthousiasme au sein de l'Otan.

"La réponse que nous considérons comme appropriée aujourd'hui aux défis qui sont ceux de l'est c'est la réponse qui a été apportée au sommet de Newport. Nous considérons qu'elle est parfaitement satisfaisante. Ce qu'il faut, ce sont des éléments de réaction rapide qui soient opérationnels et qui puissent intervenir là où il le faut quand il le faut", a déclaré à l'AFP Pierre Buhler, ambassadeur de France en Pologne, présent vendredi à Drawsko Pomorskie.

Les forces françaises y ont participé avec un escadron de chars Leclerc du 12e régiment de cuirassiers basé à Olivet dans la région Centre-Val de Loire (centre de la France), soit au total 270 militaires et plusieurs dizaines de véhicules.

L'idée d'être stationné en permanence en Pologne ne déplaît pourtant pas aux militaires.

"Personnellement j'adorerais être basé en permanence en Pologne. (...) mais la décision sur des bases permanentes n'est évidemment pas de mon ressort", a souligné le major John Womack, commandant du 7e régiment du deuxième bataillon américain d'infanterie de Fort Stewart.

ds-sw/via/ial/