NOUVELLES
29/05/2015 10:53 EDT | Actualisé 29/05/2016 01:12 EDT

Donald Kaberuka: "le regard du monde sur l'Afrique a changé"

Après dix ans à la tête de la Banque africaine de développement (BAD), le Rwandais Donald Kaberuka qui va céder sa place au Nigérian Akinwumi Adesina, estime que le "regard" des pays développés sur l'Afrique a "changé" ces dernières années, dans un entretien accordé à l'AFP.

Q: Avez vous le sentiment qu'il y a un nouveau regard des pays développés sur l'Afrique?

R: "C'est sûr. Je cite souvent Tony Blair qui disait en 2002 que l'Afrique était +une plaie sur la conscience du Monde+. il y a un mois ce même Tony Blair a affirmé que l'Afrique était +l'endroit le plus excitant de la planète grâce à ses opportunités+. Quel meilleur résumé peut-on faire? Quelque chose s'est passé depuis 10 ans en Afrique surtout dans les grandes villes: l'investissement, la consommation domestique et le commerce régional se sont accrus. Et par conséquent, le regard du monde a changé. On est passé de +nous allons vous donner de l'aide+ à +nous cherchons des opportunités d'investissement+. Bien sûr il y a encore de l'aide qui vient de ces pays, mais elle représente 50 milliards de dollars contre 80 milliards d'investissements. Alors nous avons encore des problèmes car nous partons de loin. Mais quel continent n'a pas de problèmes? Je suis un afro-objectif: je regarde les chiffres, je les interprète et je donne des réponses. Et je peux vous dire que je suis très confiant pour mon continent. Pendant la crise financière de 2008 on me disait que c'était l'Afrique qui allait en pâtir le plus. Je répondais que je n'étais pas d'accord et il s'avère que l'Afrique s'en est sortie d'elle-même très vite."

Q: Qu'est ce qui a changé à la BAD sous votre gouvernance?

R: "Ce que j'ai promis lors de mon élection il y a dix ans, je l'ai fait. Je suis fier d'avoir été le président qui a fait revenir le siège de la banque à Abidjan. La BAD a quitté la Côte d'Ivoire à cause de la crise militaire en 2003, elle a connu une autre crise à Tunis en 2010 avant de revenir ici. Vous connaissez une autre institution qui est sortie indemne de grandes crises comme celles-là? Ca ne peut que refléter une organisation qui a une certaine force en son sein. Nous sommes présents et actifs dans tous les pays africains, de toutes les langues, pour combattre la pauvreté et la voix de la BAD compte. Malgré la crise financière, la banque a réussi à tripler son capital, à lever 25 milliards de dollars de fonds pour les pays pauvres. Les opérations de secteur privé ont été multipliées par 10. Mais au-delà de l'argent, ce qui est important pour une banque de développement c'est les effets de levier que vous pouvez générer. Et aujourd'hui je peux dire que pour chaque dollar qu'on met sur la table on attire six dollars."

Q: Qu'allez-vous faire après le 1er septembre quand vous céderez votre place à la tête de la banque?

R: "Je vais aller jouer au golf! Plus sérieusement, on verra. Mais je pense que ce sera dans le monde des affaires, dans les fonds d'investissement. C'est là où se trouvent mes compétences, mon expérience. Le reste (la politique rwandaise), je le laisse aux autres".

pid/sba