Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des agents de sécurité de partout au pays privés de système de communication radio

Le ministère des Travaux publics reconnaît que des agents de sécurité dans des édifices fédéraux, à l'échelle du pays, ont été privés de leur radio. Le ministère n'a pas précisé combien le sont toujours.

Un texte de Brigitte Bureau

Radio-Canada révélait cette semaine que des agents de sécurité dans la région d'Ottawa-Gatineau sont sans radio depuis le 1er avril dernier. Des agents disent craindre pour leur sécurité et celle des fonctionnaires qui travaillent dans ces édifices.

Travaux publics a mis deux jours à apporter ces précisons.

Depuis le 1er avril dernier, c'est la firme Brookfield Johnson Controls qui est responsable de la gestion des immeubles fédéraux. Brookfield a succédé à SNC-Lavalin.

Dans un courriel, Pierre-Alain Bujold, responsable des relations médias au ministère des Travaux publics, explique :

« SNC-Lavalin, par l'entremise d'une sous-traitance avec une entreprise tierce, fournissait aux commissionnaires des dispositifs de télécommunication mobile pour appuyer les opérations de sécurité. Lorsque le contrat avec SNC-Lavalin a pris fin en mars 2015, les appareils ont été retournés à cette entreprise tierce dans le cadre de l'étape de clôture. »

Selon Travaux publics, il a été établi que c'est le Corps des commissionnaires, l'employeur des agents de sécurité, qui allait dorénavant être responsable de fournir les radios. Le Corps des commissionnaires a affirmé à Radio-Canada que la situation serait réglée dans les prochains jours.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.