NOUVELLES
29/05/2015 11:31 EDT | Actualisé 29/05/2016 01:12 EDT

Brésil: le PIB en recul de 0,2% au premier trimestre (officiel)

Le Produit Intérieur Brut (PIB) du Brésil, septième puissance économique mondiale, a reculé de 0,2% au premier trimestre par rapport aux trois derniers mois de 2014, a annoncé vendredi l'Institut brésilien de géographie et de statistiques (IBGE, public).

Ce résultat négatif confirme le ralentissement de l'activité économique pour la cinquième année consécutive mais est inférieur aux prévisions des marchés qui tablaient sur une chute de 0,5%.

L'économie brésilienne n'a progressé que de 0,1% en 2014, sa quatrième année de piètre croissance. Pour 2015, le gouvernement prévoit déjà un recul de 1,2% du PIB, supérieur aux prévisions du Fonds monétaire international (FMI) qui mise sur -1%.

Si cela se confirme, ce serait le pire résultat des 25 dernières années. En 1990, le PIB avait chuté de 4,35%, rappelle le site d'information G1.

"Même si c'est une chute inférieure à ce qui était prévu, cela ne change rien. La conjoncture actuelle est mauvaise et empire", a déclaré à l'AFP André Ferreira, courtier à Bolsa Nova Futura.

Par rapport au premier trimestre de 2014 la chute du PIB au premier trimestre a été de 1,6%.

C'est le secteur des services, avec un recul de 0,7% par rapport aux trois derniers mois de l'année dernière, qui a forcé le résultat à la baisse avec l'industrie (-0,3%) tandis que le secteur agricole et de l'élevage a grimpé de 4,7%, selon l'IBGE.

La baisse a été moindre que prévu "grâce à une large contribution positive des exportations", souligne le centre d'analyses macro-économiques Capital Economics, dont le siège est à Londres.

Le Brésil accumule une longue liste de données macro-économiques négatives: une inflation élevée de 8,17% sur douze mois, alors que l'objectif fixé est de 4,5% et le plafond de tolérance de 6,5%. La Banque centrale du Brésil prévoit qu'elle finira l'année à 7,9%.

La consommation des familles a chuté de 1,5% dans la période et les investissements et dépenses du gouvernement de 1,3%.

Le chômage, qui se maintenait à un taux très bas, commence à augmenter.

"Le chômage commence à être touché, les résultats sont déjà mauvais. En avril, le Brésil a perdu 100.000 postes de travail et on s'attend à ce que cela continue", a déclaré André Leite, analyste chez le consultant TAG Investimentos à Sao Paulo.

Il y a une semaine, le ministre de l'Economie, Joaquim Levy, a annoncé une coupe budgétaire de 20 milliards d'euros pour rééquilibrer les comptes. le Brésil vise un excédent budgétaire ambitieux de 1,2% du PIB.

Après un boom de 7,5% en 2010, le PIB du Brésil a progressé de 2,5% en 2011, de 1% en 2012, de 2,5% en 2013 et de 0,1% seulement en 2014, le pire résultat des grands pays émergents des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

lbc/cdo/mr