NOUVELLES
29/05/2015 06:48 EDT | Actualisé 29/05/2016 01:12 EDT

Assermentation historique du président du Nigéria

Les Nigérians assistent pour la première fois de leur histoire à une transition démocratique. Le nouveau président Muhammadu Buhari a été assermenté sur la grande place au centre de la capitale Abuja.

Élu en mars dernier, l'homme de 72 ans a battu le président sortant Goodluck Jonathan qui a assisté à la cérémonie d'assermentation. Le secrétaire d'État américain, John Kerry, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, ont également assisté à l'événement.

Une salve de 21 coups d'artillerie a souligné la transition du pouvoir et la prise de contrôle de M. Buhari, ancien dictateur et ancien général de l'armée nigériane.

Les défis du nouveau président du pays le plus populeux d'Afrique sont nombreux. Le nouveau président devra notamment endiguer la corruption endémique qui mine l'économie du pays. Le Nigeria croule sous le poids d'une dette qui atteint 63 milliards de dollars américains. Le gouvernement doit emprunter pour parvenir à payer ses fonctionnaires.

M. Buhari devra également lutter contre le groupe islamiste Boko Haram. Profitant de son discours d'investiture, M. Buhari a promis d'intensifier la campagne militaire nigériane contre le groupe armé islamiste, dont il a qualifié les membres de « gens fous et sans dieu ».

« Boko Haram est un groupe de gens fous et sans dieu, qui sont aussi éloignés de l'islam qu'on peut l'imaginer », a lancé M. Buhari, un musulman du nord du pays. « Il a indiqué qu'il mettrait en place un nouveau centre de commandement militaire à Maiduguri [dans le nord-est du pays], jugeant que la victoire ne peut pas être atteinte depuis un centre de commandement à Abuja [dans le centre du pays]. »

L'insurrection menée par Boko Haram a fait plus de 13 000 morts et 1,5 million de réfugiés jusqu'ici.