NOUVELLES
25/05/2015 10:40 EDT | Actualisé 25/05/2016 01:12 EDT

Tour d'Italie - Les quatre journées décisives

Quatre journées décisives attendent les rescapés du Giro avant la conclusion dimanche prochain à Milan.

MARDI: l'épouvantail du Passo del Mortirolo (16e étape, Pinzolo - Aprica, 174 km).

Le col, découvert au début des années 1990, fait peur. La montée s'avère étouffante en cas de chaleur, désespérante pour le coureur dans un jour moyen. Les 11,8 kilomètres à 10,9 % de pente moyenne (!), sans véritable replat, conduisent au sommet, également appelé "Passo della Foppa", à l'altitude de 1854 mètres. Il ne reste plus alors que 33 kilomètres pour rejoindre Aprica, par une descente technique et une remontée d'une quinzaine de kilomètres en faux-plats.

JEUDI: le piège du Monte Ologno (18e étape, Melide - Verbania, 170 km).

Seule difficulté du jour, le col culmine à 1168 mètres, une altitude de moyenne montagne, en surplomb du lac Majeur. L'ascension de 10,4 kilomètres, sur une pente très raide (9 %), à 35 kilomètres de l'arrivée, se complique surtout d'une descente à risque, surtout en cas de pluie, sur une route étroite et tourmentée dans sa partie initiale. Avant les cinq derniers kilomètres sur le plat et l'arrivée jugée sur les rives du lac, proches des enchanteresses îles Borromées.

VENDREDI: la grandeur de Cervinia (19e étape Gravellona Toce - Cervinia, 236 km).

Dans le val d'Aoste, deux longues montées, le Saint-Barthélémy et le Saint-Pantaléon, précèdent l'ascension finale vers Cervinia. La route, large, est modérément pentue (19,2 km à 5 %), surtout dans sa partie terminale. Mais la longueur de l'étape, en fin de Giro, est gage de difficulté pour rejoindre la station située au pied du grandiose Cervin (4478 m), le cinquième sommet le plus haut des Alpes.

SAMEDI: le "toit" des Finestre (20e étape Saint-Vincent - Sestriere, 199 km).

Pour la troisième fois seulement, le Giro emprunte l'ancienne route militaire qui passe par le point le plus haut de cette édition, le Colle delle Finestre. La terrible montée de 18,5 kilomètres (à 9,2 %), dont les 7800 derniers mètres en terre, mènent à l'altitude de 2178 mètres dans un inoubliable amphithéâtre naturel. Au bas de la descente, la route remonte doucement vers Sestriere dans les 16 derniers kilomètres, à la veille de l'arrivée à Milan.

jm/sk