NOUVELLES
25/05/2015 13:05 EDT | Actualisé 25/05/2016 01:12 EDT

Roland-Garros - Sharapova, retour gagnant sur terre apprivoisée

La tenante du titre Maria Sharapova a réussi lundi son entrée en matière à Roland-Garros, sur une terre qu'elle a su apprivoiser au fil du temps, lors d'une deuxième journée plutôt paisible où les spectateurs attendaient l'arrivée d'Andy Murray.

En remportant son deuxième titre à Paris en 2014 (après 2012), Sharapova a fait des Internationaux de France un rendez-vous à part dans son coeur, elle qui avait longtemps préféré les surfaces rapides, plus propices à son jeu de "cogneuse".

Victorieuse de la Roumaine Simona Halep (N.3) lors d'une finale intense en trois manches l'an passé, la "Tsarine" a rencontré bien moins de résistance pour son retour sur le court Philippe Chatrier.

Son adversaire, l'Estonienne Kaia Kanepi (50e), qu'elle a battue pour la cinquième fois en autant de duels (6-2, 6-4) ne l'a pas trop perturbée, sauf peut-être dans le second set.

La quintuple lauréate de tournois majeurs, sur toutes les surfaces, a seulement calé dans la seconde manche au moment de servir pour mener 4-1.

Revenue à 3-3, Kanepi a fini par céder dans le dixième jeu en "offrant" le match sur une double faute.

La tenante du titre, qui affrontera au deuxième tour sa compatriote Vitalia Diatchenko, 91e, a ensuite quitté le court central sous quelques sifflets d'un public déçu de ne pas l'entendre s'exprimer au micro du speaker Cédric Pioline, demi-finaliste en 1998.

Mais elle était "gênée à la gorge", ce qui expliquait sans doute la moindre intensité sonore de ses cris dans les échanges.

- La déception Radwanska -

Pour la Polonaise Agnieszka Radwanska, ancienne N.2 mondiale (juillet 2012) et aujourd'hui 14e, pas de cris mais quand même de la "colère", d'avoir été éliminée d'entrée pour la première fois depuis 2007, après un revers (6-2, 3-6, 6-1) contre Annika Beck, 83e.

L'Allemande, qu'elle avait pulvérisée en 2014 à Indian Wells (6-0, 6-0) lors de leur unique confrontation jusqu'ici, semblait pourtant à sa portée. Mais la rencontre a "étrangement" viré au détriment de Radwanska, dont l'ocre "n'est pas vraiment (la) surface favorite".

Déjà surprise l'an passé au troisième tour par l'Australienne Ajla Tomljanovic, Radwanska, alors N.3 mondiale, souhaite maintenant "oublier ce match" pour "se concentrer sur la saison sur herbe", où elle avait atteint la finale à Wimbledon en 2012.

A part son élimination, pas d'énorme surprise sous le ciel nuageux de Paris. Feliciano Lopez, également membre du Top 20 (N.11), a lui aussi rendu les armes face au Russe Teymuraz Gabashvili, 74e (6-3, 7-6 (11/9), 6-3). Mais le volleyeur espagnol, trois fois quart-de-finaliste à Wimbledon (2005, 2008, 2011) n'est pas non plus à son avantage sur terre battue.

- Rude baptême pour Tiafoe -

Martin Klizan, titré pour la deuxième fois de sa carrière sur cette surface (trois au total) en avril à Casablanca, est, lui, très à l'aise. Le Slovaque n'a laissé aucune chance (6-2, 6-1, 6-4) au novice américain Frances Tiafoe, benjamin du tournoi (17 ans) et promis à un bel avenir.

D'autres espoirs du tennis ont eu un sort plus heureux, comme l'Autrichien Dominic Thiem (21 ans) et les Australiens Thanasi Kokkinakis (19 ans) et Nick Kyrgios (20 ans). Mais pas Lucas Pouille (21 ans). Le jeune Français a été rattrapé par l'expérience de son compatriote Simon (3-6, 6-1, 6-2, 6-4) malgré les conseils, depuis peu, de Yannick Noah, dernier Français à avoir conquis le tournoi masculin, en 1983.

Gaël Monfils, quart de finaliste l'an passé, a remporté le second duel 100% "tricolore" de ce premier tour en venant à bout d'Edouard Roger-Vasselin (6-2, 6-7 (5/7), 6-1, 7-5).

ll/gv