NOUVELLES
25/05/2015 17:17 EDT | Actualisé 25/05/2016 01:12 EDT

«Peu de consensus» sur la gravité de l'inconduite sexuelle au sein des FAC

OTTAWA - La gravité du fléau de l'inconduite sexuelle ne fait pas tout à fait consensus au sein des membres des Forces armées canadiennes (FAC), a indiqué lundi une haute gradée militaire.Le major-général Chris Whitecross, qui a été chargée de piloter le dossier dans la foulée de la publication d'un rapport accablant sur la question, a offert cette analyse en comité parlementaire.Elle a signalé que si la complexité du problème de l'inconduite et du harcèlement sexuels ne faisait aucun doute, sa gravité faisait toutefois «peu consensus» auprès des membres de l'armée.Dans un rapport publié le 30 avril dernier, la juge à la retraite de la Cour suprême du Canada Marie Deschamps a conclu à l'existence d'une culture de sexualisation «hostile» aux femmes et aux minorités sexuelles nécessitant une intervention «directe et soutenue» au sein des FAC.L'ancienne juge a aussi témoigné devant le comité parlementaire, lundi, soutenant que ce problème «récurrent» lui a été décrit en long et en large au fil des quelque 700 entrevues réalisées entre juillet et décembre 2014.Les autorités militaires et le gouvernement ont été critiqués pour leur réaction au rapport Deschamps, qui a été jugée insuffisante par les partis d'opposition.