NOUVELLES
25/05/2015 13:39 EDT | Actualisé 25/05/2016 01:12 EDT

Migrants clandestins : la Malaisie demande l'aide internationale

Le chef de la police de Malaisie, Khalid Abu Bakar, a annoncé lundi que 139 tombes contenant sans doute des cadavres de migrants avaient été découvertes près de la frontière thaïlandaise.

Ces tombes, dont certaines renfermaient plusieurs corps, se trouvaient près de 28 camps utilisés par des trafiquants d'êtres humains. Cachés dans la jungle, ces camps comprenaient des enclos de barbelés où les migrants illégaux étaient probablement entassés.

« Au cours de cette opération que nous avons menée entre les 11 et 23 mai, nous avons découvert 139 de ce que nous pensons être des tombes », a dit Khalid Abu Bakar à la presse. « C'est un spectacle très triste. Je suis bouleversé. Nous n'avions jamais anticipé une telle cruauté. »

Le ministre malaisien de l'Intérieur a dit qu'au moins deux des camps semblaient avoir été abandonnés récemment. Certains indices permettent de croire que des enfants y ont été détenus.

En visite à Tokyo, le premier ministre malaisien Najib Razaka a demandé l'aide de la communauté internationale pour les pays d'Asie du Sud-Est confrontés à la crise des migrants. « C'est un problème international, qui nécessite une solution internationale », a-t-il souligné à l'issue d'un entretien avec son homologue japonais Shinzo Abe.

Selon l'ONU, il y aurait encore 2000 migrants en perdition, à fuir le Bangladesh et la Birmanie.

Le nord de la Malaisie est l'une des routes pour les passeurs qui organisent le transfert par bateau vers l'Asie du Sud-Est de populations venues de Birmanie, essentiellement des Rohingyas, une minorité musulmane persécutée, et des Bangladais qui fuient la pauvreté.