NOUVELLES
25/05/2015 09:52 EDT | Actualisé 25/05/2016 01:12 EDT

Malaisie: 139 tombes sont découvertes dans des camps dans la jungle

WANG KELIAN, Malaisie - Les autorités malaisiennes ont annoncé lundi la découverte d'au moins 139 tombes dans des camps utilisés par des passeurs.Ces camps cachés dans la jungle comprenaient notamment des enclos de barbelés où les migrants illégaux étaient probablement entassés.Le chef de la police nationale, Khalid Abou Bakar, a dit que des experts légistes sont à exhumer les tombes découvertes dans les 28 camps abandonnés qui ont été trouvés dans la jungle montagneuse le long de la frontière avec la Thaïlande, une région où des réseaux de passeurs sont très actifs.«C'est un spectacle très triste, a dit M. Khalid aux journalistes à un poste de police de la ville de Wang Kelian, à plusieurs kilomètres des camps, dont un qui semblait assez vaste pour accueillir 300 personnes. Je suis bouleversé. Nous n'avions jamais anticipé une telle cruauté.»Dans un camp, la police a retrouvé des restes décomposés dans un enclos de bois. Ces restes ont été placés dans des sacs blancs et transportés vers Wang Kelian, où ils seront examinés par des experts légistes, a dit M. Khalid.Les policiers commenceront mardi à exhumer d'autres tombes présumées — des tas de terres recouverts de feuilles mortes dont l'emplacement est marqué d'un simple bâton.«Nous avons trouvé 139 de ce que nous croyons être des tombes, a dit M. Khalid. Nous croyons que ce sont des victimes du passage de clandestins.»Le premier ministre malaisien Najib Razak, qui se trouvait en déplacement officiel à Tokyo, a promis de retracer les coupables.«Je suis grandement préoccupé par les tombes retrouvées en Malaisie et qui semblent reliées au passage de clandestins. Nous retrouverons les responsables», a-t-il lancé.Les camps ont été trouvés dans l'État de Perlis, dans le nord de la Malaisie. La police thaïlandaise avait retrouvé des dizaines de corps de son côté de la frontière plus tôt ce mois-ci. Le général de la police thaïlandaise Puthichart Ekkachan a dit que 36 corps ont été déterrés jusqu'à présent dans sept camps abandonnés.Ces découvertes ont exposé au grand jour l'existence d'un réseau de camps dans la jungle où des passeurs retiennent captifs des migrants désespérés en attendant le versement d'une rançon par leurs proches.La plupart des migrants sont membres de l'ethnie rohingya, qui est persécutée en Birmanie, ou encore des Bangladais qui tentent d'échapper à la pauvreté.Maintenant que des gouvernements d'Asie du Sud-Est ont commencé à sévir contre les passeurs, ceux-ci abandonnent leurs camps ou leurs navires pour éviter d'être arrêtés.M. Khalid a dit qu'au moins deux des camps semblaient avoir été abandonnés récemment. Certains indices permettent de croire que des enfants y ont été détenus.Ces camps ont été retrouvés entre les 11 et 23 mai, quand la police malaisienne a lancé une vaste opération de ratissage dans la jungle, à seulement 50 kilomètres de la frontière avec la Thaïlande.