NOUVELLES
25/05/2015 07:57 EDT | Actualisé 25/05/2016 01:12 EDT

La Thaïlande déploie un porte-hélicoptères en mer pour le sauvetage des migrants

La Thaïlande a annoncé lundi le déploiement d'un porte-hélicoptères au large de ses côtes pour secourir les migrants perdus en mer, qui seraient des milliers sur des embarcations de fortune, à fuir le Bangladesh et la Birmanie.

"J'ai ordonné à la marine d'utiliser ce gros navire comme base flottante, avec des médecins à bord", a déclaré le général Prayut Chan-O-Cha, le chef de la junte, devant la presse.

L'ONU estime que 2.000 personnes sont encore en mer alors que la mousson approche.

"Si des embarcations sont trouvées, (les passagers) seront conduits vers ce bateau avant d'être transférés vers des camps temporaires en Malaisie et en Indonésie", a ajouté Prayut, sans offrir de les accueillir en Thaïlande.

"Les blessés et les malades pourront être traités dans des hôpitaux en Thaïlande, mais ils risqueront des poursuites pour immigration illégale, à eux de décider", a ajouté le général Prayut.

Il a par ailleurs laissé la porte ouverte à une éventuelle coopération avec les Etats-Unis, tout en insistant sur le fait que cette opération dans les eaux thaïlandaises de la mer d'Andaman resterait "sous commandement" de la Thaïlande.

Washington, qui entretient des relations tendues avec son allié traditionnel depuis le coup d'Etat de mai 2014 en Thaïlande, a "offert son assistance aux pays de la région via des vols de surveillance américains", a confirmé à l'AFP l'ambassade des Etats-Unis à Bangkok.

La crise actuelle des migrants en Asie du Sud-Est a éclaté début mai quand les passeurs, rendus nerveux par la nouvelle politique de répression de la Thaïlande, voie de transit de ces migrants, ont abandonné en mer des milliers d'entre eux.

Certains bateaux ont été refoulés dans un premier temps vers le large dans une sorte de jeu de "ping pong humain" dénoncé par les ONG. Puis, soumises aux pressions de la communauté internationale, l'Indonésie et la Malaisie ont assoupli leur position et accueilli des migrants, temporairement.

La Thaïlande accueille vendredi un sommet régional sur le sujet.

Les Bangladais veulent échapper à la pauvreté et les Rohingyas, décrits par l'ONU comme l'une des minorités les plus persécutées au monde, veulent fuir la Birmanie à dominante bouddhiste.

bc-tp-dth/at