NOUVELLES
25/05/2015 11:28 EDT | Actualisé 25/05/2016 01:12 EDT

La minorité chiite d'Arabie rend hommage aux 21 victimes d'un attentat de l'EI

La minorité chiite d'Arabie saoudite a rendu lundi un dernier hommage aux 21 victimes d'un attentat suicide revendiqué par le groupe Etat islamique (EI), accusé par les autorités de chercher à attiser la haine confessionnelle.

Des dizaines de milliers de personnes ont envahi les rues de la ville de Qatif (est) pour les obsèques de leurs coreligionnaires, dont deux enfants, tués vendredi par un kamikaze dans une mosquée chiite lors de la prière hebdomadaire, a constaté un envoyé spécial de l'AFP.

Cette attaque est la plus sanglante dans le royaume majoritairement sunnite depuis la vague d'attentats d'Al-Qaïda entre 2003 et 2006. Elle a provoqué une onde de choc dans la société saoudienne et a été condamnée par le roi Salmane qui a promis que justice serait faite et que les auteurs recevraient "la punition qu'ils méritent".

Un imam chiite a dirigé la prière funéraire dans un marché avant qu'une procession ne s'élance en direction du village proche de Koudeih où s'est produit l'attentat. Les corps des 21 victimes, couverts de fleurs, ont été portés par la foule jusqu'à leur inhumation.

Tout le monde voulait "participer" et "exprimer son soutien", a indiqué un organisateur qui a toutefois précisé que, pour des raisons de sécurité, les femmes avaient été tenues à l'écart de la procession.

Des drapeaux noirs étaient visibles partout dans les rues où la police avait établi des barrages, alors que des volontaires, portant des vestes de couleur jaune et orange, inspectaient des véhicules.

- 'Encore plus unis' -

"Ce qui s'est passé nous unit encore plus", a dit Ayman Alawi Abou Rahi, qui habite à Koudeih.

"Nous, en tant que communauté chiite, nous n'avons pas peur des explosions. Nous condamnons les terroristes", pas les sunnites. "Ils prient dans nos mosquées", a-t-il précisé alors que la foule scandait le nom de l'imam Hussein, révéré par les chiites.

En novembre, des hommes armés avaient déjà tué sept chiites à Al-Dalwa, dans la même Province Orientale de l'Arabie saoudite.

La minorité chiite se concentre dans l'est de l'Arabie saoudite, riche en pétrole, et se plaint de discrimination. Cette région a été secouée par un mouvement de contestation dans le sillage du Printemps arabe en 2011.

L'attentat de vendredi a été commis par un Saoudien, Saleh ben Abdulrahmane Saleh al-Ghishaami, selon le ministère de l'Intérieur qui a confirmé ses liens avec l'EI.

C'est la première fois que le groupe jihadiste revendique un attentat en Arabie saoudite.

L'organisation extrémiste sunnite considère les chiites comme des hérétiques.

L'Arabie saoudite participe à la coalition internationale qui mène, sous commandement américain, des frappes en Syrie et en Irak contre l'EI. Elle a pris le commandement d'une autre coalition qui cherche à venir à bout au Yémen de rebelles chiites, soutenus par l'Iran.

it-ak/ras/cco