NOUVELLES
25/05/2015 14:53 EDT | Actualisé 25/05/2016 01:12 EDT

La Fifa appelle à la retenue dans le dossier Israël/Palestine

Le comité exécutif de la Fifa a rappelé lundi qu'une fédération "ne peut être suspendue si elle n'a pas violé les statuts de la Fifa", alors que la Palestine souhaite faire voter l'exclusion d'Israël vendredi par le congrès de l'instance.

La Palestine, membre de la Fifa depuis 1998, souhaite que l'instance mondiale exclue Israël des compétitions internationales, notamment pour sanctionner, selon elle, les restrictions de déplacement imposées aux joueurs palestiniens.

Cette résolution (15.1) est inscrite à l'ordre du jour du congrès de la Fifa, jeudi (cérémonie d'ouverture) et vendredi (travaux et votes) à Zurich et durant lequel Joseph Blatter, 79 ans, briguera un 5e mandat de président.

Lundi, devant le comité exécutif, M. Blatter a donné un compte-rendu de son déplacement la semaine passée en Israël et dans les territoires palestiniens, à l'occasion duquel il a rencontré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas.

"Le comité exécutif de la Fifa a souligné qu'une fédération membre de la Fifa ne devrait pas être suspendue si elle n'a pas violé les statuts de la Fifa", a indiqué la Fifa dans son communiqué.

Lors de son déplacement la semaine dernière, M. Blatter n'a pas réussi à convaincre les Palestiniens. Ils ont indiqué qu'ils persistaient à soumettre au vote du congrès la suspension de la fédération israélienne.

Les Palestiniens ont rejeté aussi l'une des idées avancées par M. Blatter et acceptée, selon lui, par M. Netanyahu: un match de la paix entre les sélections israélienne et palestinienne.

La Palestine dénonce "le comportement raciste d'Israël à l'encontre des Arabes", et la création de "cinq clubs dans des colonies implantées sur les terres occupées depuis 1967, clubs qui participent aux championnats nationaux israéliens en violation du droit international".

M. Blatter souhaitait à tout prix régler ce conflit avant l'élection à la présidence de la Fifa programmée vendredi et où il ne trouvera face à lui qu'un seul adversaire, le Prince jordanien Ali, un des vice-présidents de son instance.

ebe/pgr/gv