NOUVELLES
24/05/2015 21:35 EDT | Actualisé 24/05/2016 01:12 EDT

GB/référendum: la plupart des résidents UE ne pourront pas voter

La plupart des citoyens de l'Union européenne résidant en Grande-Bretagne ne pourront pas voter lors du référendum que Londres compte organiser sur l'appartenance du pays à l'UE, a annoncé lundi le gouvernement.

Les dispositions en vue de la tenue du référendum doivent être présentées au parlement jeudi, alors que le Premier ministre David Cameron lance une campagne diplomatique en vue d'obtenir des réformes de l'UE.

Dans un communiqué, le bureau de M. Cameron a indiqué que les listes électorales pour le référendum seraient basées "sur celles des élections législatives", qui viennent de se tenir, ce qui signifie que la plupart des citoyens d'autres pays de l'UE résidant en territoire britannique ne seront pas en mesure de voter.

Comme c'est l'usage lors des élections législatives, seront appelés aux urnes les résidents qui sont citoyens de l'Irlande ou du Commonwealth, lequel comprend 53 pays dont deux sont également membres de l'UE: Malte et Chypre.

Se prononcer sur la question de l'appartenance à l'UE "est une grande décision pour notre pays, une décision qui engage l'avenir du Royaume-Uni", a déclaré une source au sein du bureau du Premier ministre.

"C'est pourquoi nous pensons qu'il est important que ce soient les citoyens britanniques, irlandais et du Commonwealth qui aient le droit de décider", a dit cette source.

Le parlementaire conservateur Liam Fox, un eurosceptique notoire, a approuvé cette mesure.

"C'est une réaction appropriée du gouvernement", a déclaré M. Fox dans un communiqué. "Permettre aux citoyens de l'UE de voter à notre référendum aurait été une dilution inacceptable de la voix du peuple britannique".

M. Cameron, qui vient d'être réélu, s'est engagé à obtenir de l'UE des réformes sur des sujets comme l'immigration, les conditions d'obtention des aides sociales et la possibilité de refuser une plus grande intégration européenne, avant de demander à l'électorat si oui ou non la Grande-Bretagne doit rester membre de l'Union. Le référendum pourrait avoir lieu dès 2016.

Le Premier ministre conservateur lance cette semaine une campagne diplomatique auprès des responsables de l'UE. Lundi, il reçoit à Chequers, sa résidence de campagne, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker pour un "dîner de travail" lors duquel les deux hommes devraient discuter du futur référendum.

Jeudi et vendredi, M. Cameron se rendra dans une série de capitales européennes pour rencontrer les dirigeants du Danemark, des Pays-Bas, de la France, de la Pologne et de l'Allemagne pour tenter d'obtenir leur soutien à des réformes de l'UE.

Le chef du gouvernement britannique a l'intention de parler avec les dirigeants de la totalité des 27 partenaires de Londres au sein de l'UE avant un sommet européen qui se tient à la fin du mois de juin.

nol/plh/tll