NOUVELLES
25/05/2015 05:52 EDT | Actualisé 25/05/2016 01:12 EDT

Finale C3: Dniepropetrovsk, la fierté et le sourire d'une Ukraine en guerre

L'Ukraine, déchirée par une guerre civile dans sa partie Est, a trouvé un bol d'air, une fierté et un sourire grâce à Dniepropetrovsk, finaliste surprise de l'Europa League face aux Espagnols du FC Séville, mercredi à Varsovie.

"Nous avons joué pour toute l'Ukraine", a d'ailleurs affirmé l'entraîneur Myron Markevich après l'élimination des favoris italiens de Naples en demi-finale.

Des milliers d'Ukrainiens, jeunes et moins jeunes, exultaient alors torse nu, chantant à tue-tête l'hymne national et le chant du club après le but de Seleznyov, synonyme de finale après le nul 1-1 en Italie. Et le "Dniepro" a ensuite résisté avec un coeur et un courage énormes aux assauts des attaquants napolitains pour préserver son ticket.

Dniepropetrovsk synthétise à lui seul la situation politique actuelle: il doit disputer ses matches "à domicile" en C3 à Kiev, à plusieurs centaines de kilomètres de sa base.

"Je voudrais dédicacer ce triomphe à tous ceux qui se trouvent dans la zone du conflit, à l'est de l'Ukraine", a ajouté Markevich, l'Ukrainien qui, comme un symbole, avait succédé à l'Espagnol Juande Ramos l'été dernier.

Dniepro, éliminé au 3e tour préliminaire de la Ligue des champions, avait été lourdement handicapé par de nombreuses blessures. Résultat: un seul point marqué après les trois premières rencontres de poule en C3. Mais il avait réussi à arracher la deuxième place du groupe F derrière l'Inter Milan.

Mais dès la fin de l'hiver, le Dniepro a retrouvé force et efficacité, qui devenaient de plus en plus impressionnants avec le retour du printemps. Ainsi, les Ukrainiens balayaient sur leur passage des grands noms comme l'Olympiakos ou l'Ajax Amsterdam avant de terrasser le Napoli.

- une ville de foot -

Si le FC Séville, tenant du trophée, part largement favori pour réaliser son deuxième doublé en C3 après 2006-2007, les Espagnols devront se méfier de cette équipe ukrainienne dont le meilleur résultat européen était un quart de finale de C3 jusqu'ici. Et ils joueront avec leur coeur et leurs tripes pour tout un peuple.

"Cela aurait beaucoup d'importance pour nous. Une victoire renforcerait indéniablement notre prestige. Nous avons un formidable esprit d'équipe. C'est la clé de notre succès, je crois", a analysé l'attaquant Yevhen Seleznyov, deux fois buteur lors de la double confrontation avec le Napoli (1-1, 1-0).

"Personne ne nous attendait à ce niveau, mais nous mesurons tous la portée de notre performance. Nous avons des supporteurs formidables et Dniepropetrovsk est une ville folle de foot", a ajouté l'international ukrainien.

De plus, Dniepro n'a plus soulevé un trophée depuis 1989 et l'ère soviétique. "Chacun joueur sait que ça pourrait être la dernière chance de sa carrière de remporter une victoire d'une telle importance", a souligné l'entraîneur Markevich.

"Je dispose de joueurs de classe, mais il est très important pour eux d'être au sommet de leur forme dans ce match décisif. Alors, je prie Dieu pour qu'il nous épargne de nouvelles blessures d'ici la finale de Varsovie", a conclu le technicien.

Dniepropetrovsk occupe la 3e place du Championnat d'Ukraine, à deux points de la deuxième place occupée par Shakhtar Donetsk, à une journée de la fin de la compétition nationale.

Le conflit dans l'est industriel de l'Ukraine a fait plus de 6000 morts et poussé un million de personnes à fuir l'an dernier, selon l'ONU.

vb/af/del/sk/stt/jcp