NOUVELLES
25/05/2015 10:33 EDT | Actualisé 25/05/2016 01:12 EDT

Fifa - Le Prince Ali, "honoré" du soutien de Platini, veut mettre fin au "gâchis"

Le Prince Ali, candidat opposé au dirigeant sortant Joseph Blatter à la présidentielle Fifa vendredi, s'est dit lundi "honoré" par le soutien du président de l'UEFA Michel Platini, et a promis dans une vidéo de mettre fin au "gâchis" dans l'instance mondiale du foot.

"Je suis profondément honoré par le soutien du président Platini", a twitté le Jordanien sur son compte "AliForFifa" ("AliPourlaFifa").

"J'ai l'intime conviction qu'Ali (...) pourrait faire un grand président de la Fifa (...)", explique Platini dans L'Equipe, ajoutant qu'il le soutient "à titre personnel".

Par ailleurs, dans une vidéo, diffusée sur le net à cinq jours de l'élection, le Prince Ali, 39 ans, a fait passer son message électoral.

Assis dans son bureau, en chemisette ou en costume-cravate bleus, le Jordanien évoque le "gâchis" actuel de la Fifa, entre "intérêts personnels", "décisions unilatérales sur le jeu", "leadership controversé", "éthique tombée dans l'ornière" et "départs de sponsors". Celui qui est un des sept vice-présidents de la Fifa parle d'une instance dont sont "dépossédées" les fédérations membres.

"Les fédérations (de foot), les équipes, les joueurs commencent à payer le prix très élevé de tout cela", met en garde le candidat.

"La situation est urgente, nous devons agir avant qu'il ne soit trop tard", ajoute le Prince Ali s'adressant aux 209 fédérations qui vont voter vendredi à Zurich: "je suis candidat à la Fifa, je serai votre voix, je serai votre avocat, pour que la Fifa ait un futur dont nous pourrons être fiers".

"Il faut une Fifa transparente"

Le Jordanien se décrit comme le candidat pour un changement en se présentant issu d'un "pays qui est un pont entre les cultures, les peuples et les religions".

Il promet en outre une Fifa "aux succès commerciaux grandissants et (...) équitables pour toutes les fédérations affiliées à la Fifa".

"Il faut une Fifa transparente, ouverte, pour redonner confiance dans cette institution", d'où il faut "éliminer la politique", souligne-t-il encore.

Le Prince met encore l'accent sur la nécessité "d'intégrité, d'honnêteté, de travail en harmonie" au sein de la Fifa.

"Le jour où l'on ne parlera plus du président de la Fifa, c'est que l'organisation ira dans le bon sens", conclut-il, sur fond de musique de chambre au piano, avec une dernière image d'enfants jouant au foot.

Blatter, 79 ans, président en exercice depuis 1998, entré à la Fifa il y a 40 ans, fait figure de favori à sa succession.

pgr/tsq