NOUVELLES
25/05/2015 11:09 EDT | Actualisé 25/05/2016 01:12 EDT

Après le "oui" irlandais, le débat allemand sur le mariage gay repart

Après le "oui" irlandais au mariage homosexuel, le débat sur le sujet repartait en Allemagne lundi mais le gouvernement dirigé par Angela Merkel y est toujours opposé et se contente d'aménagements juridiques à la marge.

Le ministre de la Justice social-démocrate Heiko Maas a indiqué sur le site Spiegel Online que le conseil des ministres allait se pencher mercredi sur 23 changements législatifs qui "étendent les dispositions du mariage aux partenariats enregistrés".

Cette forme d'union a été introduite en 2001 par l'Allemagne pour les personnes de même sexe, mais son statut reste juridiquement bien en-dessous de celui du mariage, elle n'est notamment pas reconnue à l'étranger.

Alors que les Irlandais viennent d'approuver le mariage gay par référendum, la pression était forte dans le pays pour avancer à plus grandes enjambées.

Les nouveaux aménagements prévus sont "insuffisants et sans ambition", a ainsi réagi lundi le député Volker Beck, du parti d'opposition Vert, tandis qu'une des figures de proue du même parti, Katrin Göring-Eckardt, s'est dite "confiante que le vote des Irlandais (allait) accélérer l'égalité de traitement en Allemagne".

"Les Unions (chrétiennes) de Mme Merkel ne pourront pas se soustraire indéfiniment au débat sur le mariage pour tous", a-t-elle ajouté.

Beaucoup chez les conservateurs seraient favorables à une législation plus généreuse. "On pourrait penser que ce qui marche pour les Irlandais catholiques marche aussi pour nous", a ainsi déclaré Jens Spahn, membre de la direction du parti CDU, dans les colonnes du quotidien Die Welt à paraître mardi. "L'opinion publique est souvent plus avancée qu'on ne pense sur ces questions", a-t-il ajouté.

La présidente de la Haute autorité fédérale contre les discriminations, Christine Lüders, a appelé lundi à laisser les députés s'exprimer selon leur conscience sur le sujet, et non pas selon des consignes de vote partisanes. "Je suis certaine qu'une grande majorité des parlementaires est en faveur du mariage gay", a-t-elle assuré.

Réaliste, le ministre de la Justice M. Maas a toutefois prévenu qu'une égalité de traitement totale serait "difficilement réalisable" tant que les conservateurs occupent le pouvoir à Berlin. Mme Merkel en est à son troisième mandat, elle gouverne en ce moment avec son partenaire de coalition social-démocrate.

mtr/cmr