NOUVELLES
25/05/2015 13:35 EDT | Actualisé 25/05/2016 01:12 EDT

Andrzej Duda remporte la présidentielle polonaise

VARSOVIE, Pologne - Le conservateur Andrzej Duda a remporté la présidentielle polonaise.Les résultats officiels dévoilés lundi par la commission électorale accordent 51,55 pour cent des voix à M. Duda, un membre de droite du Parlement européen.Le président sortant Bronislaw Komorowski a été le choix de 48,45 pour cent des électeurs lors du deuxième tour de dimanche.Le taux de participation s'est élevé à 55,34 pour cent dans ce pays de 37 millions d'habitants. M. Duda, un avocat de 43 ans qui possède une expérience du gouvernement, sera assermenté en août pour un mandat de cinq ans.L'élection de M. Duda envoie un avertissement sérieux au gouvernement avant les élections parlementaires de l'automne.M. Duda, qui est de confession catholique romaine, s'est rendu lundi prier au sanctuaire de Jasna Gora, à Czestochowa.«Peu importe qu'ils aient voté pour moi ou non, j'aimerais qu'après ces cinq années les Polonais disent que j'aurai vraiment essayé d'être le président de tous les Polonais, que j'aurai essayé de combler leurs besoins, que c'est le genre de personne que j'aurai été», a-t-il dit.Le président polonais est le chef des forces armées et peut déposer des projets de loi. Son rôle est toutefois essentiellement cérémonial en matière de politique étrangère.M. Duda a indiqué qu'il souhaite imposer de nouvelles taxes aux banques et supermarchés de propriété étrangère, de manière à protéger les intérêts polonais, ce qui témoigne d'une approche similaire à celle du premier ministre hongrois Viktor Orban. Il a aussi dit vouloir ramener certaines banques sous contrôle polonais.L'analyste Jacek Kucharczyk a expliqué que les relations de la Pologne avec les autres puissances européennes dépendront maintenant de la décision de M. Duda soit de respecter sa plateforme électorale plutôt modérée, soit de se rallier à la politique étrangère plus agressive du leader de son parti.«Ce serait un scénario cauchemardesque pour la politique étrangère de la Pologne, parce que ça mènerait à des conflits avec l'Allemagne ou à des affrontements avec l'Union européenne ou à une rhétorique agressive contre la Russie, a dit le président de l'Institut des affaires publiques, un groupe de recherche indépendant de Varsovie. Le chemin s'annonce cahoteux. La seule question est de savoir jusqu'à quel point ce sera cahoteux.»Les partisans du parti Droit et justice de M. Duda croient toutefois que son élection permettra à la formation de venir encore davantage en aide aux Polonais qui n'ont pas profité de la croissance économique du pays, à ceux qui doivent composer avec de faibles salaires et des emplois précaires en dépit de 25 ans de croissance.Lors de ses discours pendant la campagne électorale, M. Duda a fréquemment évoqué les deux millions de Polonais qui ont quitté le pays depuis 20 ans, à la recherche de vies meilleures ailleurs.Ses partisans estiment aussi que M. Duda sera mieux à même de défendre les intérêts économiques du pays.M. Duda a annoncé lundi avoir l'intention de quitter les rangs de Droit et justice, en respect avec la tradition polonaise.M. Duda semble avoir profité de la faveur des jeunes électeurs. À 43 ans, il est trop jeune pour avoir participé aux affrontements des années 1980 entre le régime communiste et le mouvement Solidarité.