NOUVELLES
22/05/2015 16:31 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Wall Street clôture en légère baisse: Dow Jones -0,28%, Nasdaq -0,03%

Wall Street a terminé la séance de vendredi sur une légère baisse, après avoir flirté avec un nouveau record de clôture, ni l'inflation ni la présidente de la banque centrale américaine n'ayant réussi à motiver les investisseurs.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a cédé 0,29%, soit 53,72 points, pour terminer à 18.232,02 points. Le Nasdaq, à dominante technologique, a reculé de juste 0,03%, soit 1,43 point à 5.089,36 points, échouant de justesse à atteindre un nouveau sommet, un mois après avoir surpassé un record vieux de plus de quinze ans.

L'indice élargi S&P 500, considéré comme le plus représentatif par de nombreux investisseurs, a terminé à 2.126,06 points après un recul de 0,22%, soit 4,76 points.

"C'était une séance typique de veille de long week-end, avec des volumes légers", a commenté Peter Cardillo, chez Rockwell Global Capital.

"Rien n'indique que le marché soit prêt à s'effondrer ou à s'envoler nettement", a-t-il ajouté.

Quelques heures avant la fin de séance un discours de la présidente de la Réserve fédérale (Fed) Janet Yellen n'a guère fait réagir, bien qu'elle ait évoqué un risque de "surchauffe" de l'économie si les taux d'intérêt étaient relevés trop tard.

En début de journée les investisseurs avaient accueilli un indicateur d'inflation conforme aux attentes, bien que, hors énergie et alimentation, les prix à la consommation d'avril aient progressé un peu plus que prévu en un mois, à hauteur de 0,3%.

"Mais ce petit coup de pouce ne nous rapproche pas d'une hausse des taux", a estimé M. Cardillo.

En tout état de cause, vu le petit nombre d'investisseurs présents sur le marché vendredi après-midi, ce n'est que mardi, lendemain du jour de Memorial day férié en l'honneur des soldats morts au combat, que le marché pourra véritablement réagir aux propos de Mme Yellen.

Elle a répété qu'elle souhaitait que les taux d'intérêt, proches de zéro depuis la fin 2008, puissent être relevés cette année. Mais elle s'est abstenue de tout commentaire sur le niveau actuel des marchés actions, qui flottent autour de leurs sommets depuis plusieurs séances, alors qu'il y a deux semaines elle avait surpris en parlant de valorisations élevées.

Au total, ce qu'elle a dit "n'a rien apporté de nouveau" par rapport aux minutes de la Fed parues mercredi, a jugé M. Cardillo.

Le marché craint toute surprise sur les taux d'intérêt, dont il pense que la hausse pourrait freiner l'investissement et les exportations en renchérissant le dollar.

Le marché obligataire a fini mitigé. Le rendement des bons du Trésor à 30 ans a fini presque stable à 2,985%, contre 2,986% jeudi soir. Celui des bons à 10 ans est monté à 2,210% contre 2,186% précédemment.

chr/jld/sha