NOUVELLES
22/05/2015 17:13 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Veille de campagne électorale dans une usine à poisson

Le candidat néo-démocrate dans la circonscription de Moncton-Riverview-Dieppe lors des prochaines élections fédérales a décidé de travailler dans une usine à poisson à Shediac cet été.

Luc LeBlanc affirme que sa profession de chargé de cours à l'Université de Moncton ne lui permet pas de faire vivre sa famille.

M. LeBlanc est un universitaire, un intellectuel qui a travaillé un peu partout dans le monde et aussi un politicien. Il a tenté de se faire élire sous la bannière du NPD lors de la dernière élection provinciale au Nouveau-Brunswick dans la circonscription de Moncton-Centre, mais a dû s'avouer vaincu.

Il y a quelques jours, il annonçait que financièrement, il n'avait plus le choix, il devait travailler dans une usine à poisson de Shediac pour arrondir ses fins de mois.

Le chargé de cours dit qu'il peut seulement enseigner trois à quatre cours par année, et qu'en tout, ça lui génère un salaire entre 15 000 et 20 000 dollars par année.

Dans un contexte préélectoral au niveau du fédéral et le fait que Luc LeBlanc ait annoncé sa « nouvelle carrière » en grande pompe sur sa page Facebook officielle de candidat en fait sourciller plus d'un.

Certains se demandent s'il ne s'agit pas simplement d'un coup politique toute cette histoire-là. Or, le principal intéressé martèle que non.

« Je dois vous dire qu'il y a beaucoup de gens qui étaient sceptiques, qui disaient justement ''ah bien, c'est un coup de publicité excellent!'' Mais ce n'est pas ça du tout, c'est vraiment juste un bonhomme régulier qui essaie de rejoindre les deux bouts. C'est tout », soutient M. LeBlanc.

Luc LeBlanc raconte qu'il prévoit travailler à l'usine jusqu'à la mi-juin, et qu'il ne sera pas de retour pour la deuxième partie de la saison de pêche au mois d'août, parce qu'à ce moment-là, il dit qu'il sera véritablement en campagne électorale.

D'après le reportage de Pierre-Alexandre Bolduc.