NOUVELLES
22/05/2015 11:40 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Un musée Joseph Brodski ouvre ses portes à Saint-Pétersbourg

Un musée consacré au poète russe Joseph Brodski va ouvrir ses portes dimanche à Saint-Pétersbourg, dans l'ancien domicile de ce dissident dont l'oeuvre a été couronnée d'un prix Nobel de littérature.

"Joseph a consacré un essai émouvant +Une chambre et demie+ à ce logement où il vivait avec ces parents", rappelle Nina Popova, directrice du Musée Anna Akhmatova à Saint-Pétersbourg et l'une des initiatrices de l'hommage à Brodski.

Le poète y a vécu de 1955 à 1972, à l'exception de l'époque où il fut déporté par le régime soviétique.

Les parents du poète partageaient cet appartement, situé en plein centre de Léningrad, le nom de Saint-Pétersbourg à l'époque soviétique, avec trois autres familles, un phénomène courant à l'époque des "appartements communautaires".

"Ces dix mètres carrés ont été les meilleurs de ma vie", écrira plus tard Joseph Brodski.

"Nous avons essayé de créer un espace qui reproduise l'ambiance de l'époque, de la vie de Joseph avec ses parents, de sa formation comme poète", raconte Mme Popova.

La machine à écrire de Brodski, le papier peint sur les murs parsemé de ses poèmes et un laboratoire photographique de son père qui occupe la moitié de l'espace: tout y est.

Dans une pièce, de gigantesques panneaux représentent des photos de l'intérieur de cet appartement, prises à l'époque, et la voix de Brodski récitant ses poèmes se fait entendre.

Lancée en 1998 par des personnalités de la culture russe, dont le directeur du musée de l'Ermitage Mikhaïl Piotrovski et le violoncelliste Mstislav Rostropovitch, la création de ce musée a été un long parcours d'obstacles.

"Nous avons dû offrir un nouveau logement aux habitants de cet appartement. Cela a pris du temps et demandé beaucoup de moyens" réunis finalement grâce à des sponsors privés, explique Mme Popova.

Un premier musée avait ouvert en avril à Nourinsk, dans la région d'Arkhanguelsk (nord-ouest), où le poète avait été déporté par le pouvoir soviétique en 1964.

Accusé de "parasitisme social", il a été condamné à cinq ans d'exil, mais gracié au bout de 18 mois.

L'oeuvre du poète, mort en 1996 à l'âge de 50 ans, a été largement censurée à l'époque soviétique, le poussant à quitter son pays en 1972 pour les Etats-Unis.

Il reçut le prix Nobel de littérature en 1987.

mak/mp/kat/cls