NOUVELLES
22/05/2015 06:13 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Un journaliste radio abattu au Soudan du Sud lors d'un échange de tirs

Des hommes armés ont abattu mercredi un journaliste d'une radio du Soudan du Sud, dans l'est du pays ravagé par la guerre civile, ont annoncé ses collègues vendredi.

Pow James Raeth, un correspondant de Radio Tamazuj, une station indépendante, a été tué avec un de ses amis dans la ville d'Akobo par des inconnus armés alors qu'ils se rendaient à un accès internet, a indiqué la radio.

Cette dernière a cité le commissaire du gouvernement local, Tut Chol Rial, qui a affirmé que la mort du journaliste n'était "pas intentionnelle" et qu'il avait été pris dans des tirs croisés entre deux groupes armés en guerre.

"Nous condamnons la mort absurde de Pow James Raeth, quelqu'un qui oeuvrait pour la paix, pour l'éducation et pour l'information du public", a déclaré Radio Tamazuj dans un communiqué, évoquant "un jeune homme talentueux et travailleur plein d'avenir".

L'ambassade américaine à Juba a présenté ses "sincères condoléances aux amis, à la famille et aux collègues" du défunt.

L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a classé le Soudan du Sud 125e pour la liberté de la presse, sur 180 pays au total.

Les organisations de défense des droits de l'Homme ont souligné à de multiples reprises que les forces de sécurité sud-soudanaises s'en prenaient aux journalistes, étouffant dans l'oeuf tout débat sur les façons d'arrêter la guerre civile qui dévaste le pays depuis 17 mois et a fait des dizaines de milliers de morts.

Les combats avaient commencé en décembre 2013, lorsque le président Salva Kiir avait accusé son ancien vice-président Riek Machar, aujourd'hui chef de la rébellion armée, de fomenter un coup d'Etat. Le conflit a depuis été marqué par des exactions à grande échelle, commises par les deux camps (massacres ethniques de civils - adultes comme enfants -, viols de masse, enrôlement d'enfants-soldats...).

str-pjm/yad/mba/sba