NOUVELLES
22/05/2015 05:33 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Turquie: le parti au pouvoir mène campagne même sur les ruines romaines

Le parti islamo-conservateur au pouvoir en Turquie a provoqué une levée de boucliers des archéologues en déployant à l'approche des élections législatives une pancarte géante sur un aqueduc romain d'Istanbul, l'un des plus importants vestiges antiques de la mégapole turque.

La pancarte sur laquelle on peut voir le visage souriant du Premier ministre Ahmet Davutoglu et une ampoule, symbole du Parti de la justice et du développement (AKP), a été installée sur l'aqueduc de Valens, construit par les Romains au 4e siècle après Jésus-Christ dans ce qui est aujourd'hui la rive européenne de la ville.

La branche stambouliote de l'association turque des archéologues s'est indignée de ce geste inédit, estimant qu'il "endommageait" le vestige, héritage culturel de l'ancienne Constantinople.

"D'autant plus qu'elle (la pancarte) transforme l'aqueduc de Valens (...) en un instrument politique", a dénoncé l'association dans un communiqué alors que les images de la pancarte controversée ont fait le tour des réseaux sociaux.

L'aqueduc avec sa double rangée d'arches était à l'origine long de plus de 1.000 mètres et haut de 26,5 m en son milieu. La structure, encore intacte, a aujourd'hui une longueur de 971 mètres et une hauteur maximale de seulement 20 mètres.

La municipalité AKP d'Istanbul a réparé intensivement l'aqueduc ces dernières années.

Le parti du président turc, Recep Tayyip Erdogan, L'AKP, au pouvoir depuis 2002, cherche à remporter une large majorité lors des élections du 7 juin pour renforcer les pouvoirs du chef de l'Etat.

sjw-ba/at