NOUVELLES
22/05/2015 13:34 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Tour d'Italie - 13e étape: déclarations

Fabio Aru (ITA/Astana), maillot rose: "L'expérience m'a appris que ce genre d'étape peut devenir plus dangereux qu'une journée de montagne. Il y a beaucoup de stress et la pluie a augmenté sensiblement le danger. Hier (jeudi), j'ai connu une journée difficile, j'ai manqué de sucre dans le final. Je me suis alimenté trop tard. Aujourd'hui, je me suis senti mieux. Je dois remercier mes coéquipiers pour cette grande émotion qu'a été le maillot rose. Ils m'ont protégé, à l'avant, et j'ai évité la chute. J'ai pensé seulement à rallier l'arrivée et le reste est venu ensuite. Le contre-la-montre ? Je l'ai reconnu une fois mais Paolo Slongo (l'entraîneur), qui habite à proximité et qui l'a analysé pour l'équipe, me l'a expliqué mètre par mètre. Ce sera une journée capitale. Sur 21 étapes, on passe par des journées qui sont bonnes et d'autres le sont un peu moins. Il ne faut pas se démoraliser. Je ne suis pas du genre à m'exalter mais, ce soir, je suis profondément heureux."

Richie Porte (AUS/SKY), 102e de l'étape: "Je suppose que c'est le cyclisme... Parfois on est le marteau, parfois on est le clou."

Sacha Modolo (ITA/Lampre), vainqueur de l'étape: "C'est la plus belle victoire de ma carrière. Je suis passé près plusieurs fois et, finalement, je gagne à quelques kilomètres de chez moi. C'était la dernière occasion pour nous, les sprinteurs, avant le dernier jour à Milan. Ferrari et Richeze ont abattu un travail parfait, j'ai conduit le sprint que je voulais faire et tout s'est bien déroulé. En février, nous nous sommes organisés pour les sprints. Mon but était de créer un groupe autour de moi même si nous sommes en réalité interchangeables. Nous pouvons travailler par exemple pour Ulissi. Aujourd'hui, Max Richeze a passé les rond-points et les virages à la perfection, il a fait 600 mètres devant. Dans cette victoire, 60 % lui revient, le reste à Ferrari. C'était une obligation pour moi de gagner après ça. J'ai progressé au fil des années, l'an dernier j'ai gagné au Tour de Suisse et au Tour de Pékin. Cet hiver, j'ai suivi une bonne préparation en vue de la Sanremo et des classiques mais je n'ai pas pu m'exprimer au mieux, sans trop savoir pourquoi. Le Giro était très important pour moi, comme toujours, une grande opportunité."

jm/tsq