NOUVELLES
22/05/2015 15:36 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Soudan du Sud: les rebelles revendiquent une attaque ayant fait trois morts

La rébellion au Soudan du Sud a revendiqué vendredi une attaque commise dans le sud du pays et ayant tué deux soldats et un élu local, confirmée par les autorités locales.

Deux soldats ont été abattus dans une embuscade tôt vendredi matin dans les environs de la ville de Mundri dans la province d'Equatoria-Occidental, à quelque 180 kilomètres à l'ouest de la capitale Juba.

Lorsque des responsables gouvernementaux se sont rendus sur le lieu de l'attaque, le haut représentant du district a également été tué, a précisé le ministre régional de l'Information.

La guerre civile a débuté en décembre 2013, lorsque le président Salva Kiir a accusé son ancien vice-président Riek Machar de fomenter un coup d'État. Depuis, le pays s'est divisé selon des lignes ethniques, entre les Dinka de M. Kiir et les Nuer de M. Machar.

Des dizaines de milliers de personnes ont été tuées et plus de deux millions déplacées par le conflit divisant le plus jeune État de la planète, qui n'avait obtenu son indépendance du Soudan qu'en 2011.

Jusqu'à présent, les régions méridionales d'Equatoria, dans lesquelles est située Juba, sont restées épargnées par la guerre civile. De nouvelles violences dans cette zone pourraient donc constituer un signe inquiétant, augurant d'une extension du conflit.

"C'est une fusillade aux motivations politiques... La situation est tendue", a analysé le ministre de l'Information d'Equatoria-Occidental, Charles Barnaba Kisanga.

Le porte-parole des rebelles, James Gatdet Dak, s'est réjoui de l'attentat, félicitant dans un communiqué ses "combattants de la liberté pour leur victoire".

str-pjm/dom/jpc