NOUVELLES
22/05/2015 13:04 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Service NB fermera définitivement ses portes à Saint-Quentin

Des gens de Saint-Quentin sortent déçus d'une réunion avec le ministre provincial des Services gouvernementaux à Fredericton. Ils avaient espoir de sauver le bureau de Service Nouveau-Brunswick qui doit fermer ses portes.

C'est dans une atmosphère tendue que s'est déroulée cette réunion entre des gens et la mairesse de Saint-Quentin et le ministre des Services gouvernementaux du Nouveau-Brunswick, Ed Doherty.

Dès que le ministre Ed Doherty est entré dans la salle de conférence où l'attendaient une douzaine de personnes de Saint-Quentin, l'issue de la réunion était déjà connue.

En entrevue à Radio-Canada juste avant la réunion, M. Doherty a confirmé que la décision était prise. Le bureau de Saint-Quentin va fermer ses portes.

Le ministre se dit toutefois prêt à écouter les gens de Saint-Quentin pour voir s'il y a d'autres façons de dispenser des services gouvernementaux aux gens de Restigouche-Ouest. Ed Doherty explique que le gouvernement n'a plus les moyens de « maintenir les briques et le mortier ».

« C'est vraiment décevant de se faire dire que le dossier est clos, que la décision est prise, qu'il n'y a pas de retour. Je pense que quelque part on avait des bons arguments. On ne répond pas aux critères de fermeture et malgré tout ça, on ferme le bureau. Donc c'est très, très frustrant », a déclaré la mairesse de Saint-Quentin, Nicole Somers.

Pendant la réunion les gens de Saint-Quentin ont sorti cinq arguments pour amener le ministre Doherty à changer d'idée.

Ils calculent que le gouvernement économisera seulement 67 000 dollars avec cette mesure, alors que le bureau de la communauté voisine de Kedwick restera ouvert. Selon la mairesse Somers, tout cela crée de la bisbille entre les deux communautés du nord-ouest.

La mairesse de Saint-Quentin veut maintenant consulter la population, puisque ce sont les gens qui auront le dernier mot. Donc une grande réunion publique devrait avoir lieu d'ici quelques semaines.

Mme Somers tente par tous les moyens de convaincre ses concitoyens de ne pas manifester, mais soutient qu'il est difficile de garder le calme avec toute la colère qui habite la communauté de Saint-Quentin.