NOUVELLES
22/05/2015 16:32 EDT | Actualisé 22/05/2016 01:12 EDT

Rachat d'Archambault : le président de Renaud-Bray rejette les accusations de monopole

L'acquisition des magasins Archambault par Renaud-Bray effraie les libraires indépendants, mais selon son président, Blaise Renaud, le poids de sa compagnie n'est pourtant pas disproportionné par rapport à celui de ses concurrents.

M. Renaud évalue que les revenus tirés par Renaud-Bray de la vente de livres correspondent à un plus des deux tiers de son chiffre d'affaires, soit « de 80 à 90 millions de dollars ».

Cette somme, soutient-il, correspond à environ 15 % du marché du livre, évalué à 600 millions.

Les parts de marché de Renaud-Bray devraient toutefois augmenter considérablement avec l'acquisition des magasins Archambault, plus tôt cette semaine.

Précisant que le Bureau de la concurrence devra se prononcer sur la transaction, Blaise Renaud soutient que la mission de Renaud-Bray n'est pas tout à fait la même que celle des libraires indépendants et qu'il y a de la place pour ces deux types d'entreprises dans le marché québécois du livre.

« Je pense que les indépendants ont un rôle, un métier, ont des spécificités, et que les librairies de chaînes, en l'occurrence celles de Renaud-Bray, ont aussi une raison d'être, répondent à des attentes de la part du public, et il faut aujourd'hui reconnaître que ce sont deux acteurs distincts dans un système », a fait valoir M. Renaud, vendredi, sur les ondes d'ICI RDI.

Interrogé sur la transaction conclue mardi avec Québecor pour l'achat d'Archambault, M. Renaud a confirmé que les deux chaînes continueraient de cohabiter, ajoutant que « l'objectif n'est pas ferme des succursales ».

Le fils du fondateur de Renaud-Bray a également profité de son passage à l'émission 24|60 pour commenter l'entente à l'amiable survenue vendredi entre sa société et Diffusion Dimedia après plus d'un an de conflit.

« C'est une heureuse chose pour tous que ce soit résolu », a-t-il reconnu, avant de plaider pour une révision de la loi 51, qui édite les règles du marché du livre au Québec en édictant le rôle des détaillants, des distributeurs et des éditeurs.